8 visiteur(s) connectés.    6676134 articles vu                   

Petite ville de demain ? d' hier nous suffirait....


 

Dans un impayable document sobrement intitulé « La Lettre du Maire », par impayable vous aurez bien entendu compris que je veux dire qu'il est distribué gratuitement, enfin, vous pensez comme vous le ressentez.....Jean-Yves VERNOCHET, s'enthousiasme que l'état ait, après qu'il se soit porté candidat, classé MONTCHANIN « petite ville de demain ».

« Perso », j'aurais apprécié que JYV vise plutôt comme objectif, « MONTCHANIN, ville d' hier »...

Car hier, par exemple entre 1921 et 1982 c' était de 5867 habitants à 6263 contre 4963 au dernier recensement.

MONTCHANIN hier, dans les années 50/70 c'était près de 10 boulangeries à comparer avec les deux qu'il y a aujourd'hui. C'était également  une dizaine de boucheries et charcuteries. Il n'y en a plus qu'une seule…. Également une large dizaine d'épiceries dont celle, peu après le garage RENAULT, de Madame FOREST la maman de Pierre qui fut Maire de MONTCHANIN et « père en politique » déclaré de l'actuel Maire.

A MONTCHANIN, dans les années 50/60 on ne comptait pas moins de 3 à 4 fabricants et marchands de meubles, 4 à 5 commerces de cycles et motocycles, 2 drogueries, 2 à 3 quincailleries, 2 à 3 bijouteries, 4 à 5 hôtel-restaurants, ( 2 en centre ville, 2 en gare et 1 au bois bretoux) 2 à 3 marchands de chaussures, jusqu'à 2 cinémas, 3 salles où l'on pouvait danser les samedis et dimanches et même en soirée. Bal de l'élection des reines, bal des reines, bal de la lumière, bal des coiffeurs, contribuaient largement à l'attractivité de la ville... Danser ! Si on le voulait, en jeans le dimanche après midi et obligatoirement cravaté le soir....J'y ajouterais 1 modiste, 2 bazars, j'en oublie certainement beaucoup.....

Que ce soit quartier de la gare, au Bois Bretoux ou place Jean JAURES, il y avait plus de commerces de proximité qu' actuellement en centre ville.

Par contre, seulement 2 banques et pas de vitrines de compagnies d'assurance...2 clubs de gym, 1 de foot, 1 de rugby et le club bouliste suffisaient à mobiliser la jeunesse.

Il n'y avait quasiment pas une semaine sans un concours de belote dans l'un des nombreux bars de la ville.

Chaque fin d'année, un concours de décoration des vitrines animait le centre ville et drainait un grand nombre de personnes dont beaucoup venues de l'extérieur, s'attardant devant parfois de véritables œuvres d'art. Devant quoi, voulez vous que les gens s'arrêtent aujourd'hui ?

Alors, l'édile municipal pour qui toujours plus de finances sont nécessaires se glorifie que le budget municipal 2021 s'élève à 11 millions d'euros. ( 72 155 270 nouveaux francs et 7 215 527 000 francs 1955/1958) pour 4963 habitants !.

A titre de comparaison, le bulletin municipal que j'ai entre les mains couvrant la gestion du Maire Lucien PARRIAT et son conseil couvrant la période 1953/1958, (il fut Maire de 1947 à 1969), indique que le budget 1958 s'élève à 183 000 000 de francs pour environ 6000 habitants (5452 en 1954 et 6405 en 1962).

Pour 4963 habitants, JYV indique que la ville emploie «  une centaine d'agents municipaux »....

Lucien PARRIAT lui, pour 1000 habitants de plus, comptait sur 16 employés titulaires et 20 à titre temporaire et avec une seule machine à écrire.... Les Montchaninois sont ils forcément mieux servis aujourd'hui ? Si oui, à quel prix ?

Et les municipalités Lucien PARRIAT n'ont pas manqué de réaliser de très gros investissements  dont vous trouverez joints une liste succincte. Stade municipal, participation à la construction des premiers immeubles collectifs, adduction d'eau dans les quartiers dépourvus d'eau courante etc...

Je ne sais ce que vous en pensez ! Mais, même si les élus n'ont pas forcement la main sur le tissus commercial, l'actuelle gestion soi disant en « bon père de famille » aurait bien des raisons de s’inspirer du passé, plutôt que d'un label, un peu semblable à l'attribution des fleurs que d'ailleurs la ville n'a pas, et ne reposant sur rien d'autre qu'une belle part d’utopie.

Le 17 juin 2021.

Hervé MICHALCZAK







                 Conception & Design : Desilog ©