9 visiteur(s) connectés.    6085412 articles vu                   

L'UAMC communique.


 

COMMUNIQUE DE PRESSE DU GROUPE U.A.M.C SUITE

AU CONSEIL MUNICIPAL DU 12 12 2019.


N'ayant pas été convié à assister au Conseil Municipal qui s'est tenu le 12 décembre écoulé, ce qui ne surprendra personne, je publie à la demande du groupe d'opposition UAMC un communiqué de presse dont le groupe est le seul responsable.

Si, d'aventure, par le biais de son service communication ou par d'autres sources, la majorité municipale me demandait de publier un droit de réponse, ce dont je doute, je le publierai de la même manière dès lors qu'il s'inscrira dans le cadre de ce que la loi prévoit dans ce domaine.

Je pense qu'il ne faut pas rêver...

Pour que les Montchaninoises et les Montchaninois puissent avoir une idée précise sur les comportements de la majorité au Conseil Municipal, et afin d’établir une équité dans l’information, le groupe U.A.M.C tient à apporter des précisions concernant son vote (abstention) sur 2 dossiers présentés par M Vernochet lors de ce Conseil Municipal.

  1. Le dossier qui concerne les tarifs des Services Publics 2020.

Suite à notre demande d’éclaircissement sur ce dossier, le maire n’a que très confusément tenté d’expliquer les différences de recettes constatées par rapport aux années précédentes. Face à ce manque d’explications claires, le directeur des Services a dû intervenir, lui-même secouru par l’adjointe aux finances. En effet, des baisses significatives ont été enregistrées, mais n’ont pas été justifiées de manière recevable. Un exemple entre autres : d’après le Maire la fréquentation du restaurant scolaire est en hausse et les recettes sont en baisse ? Devant cette confusion, notre groupe s’est abstenu.

  1. Le dossier qui concerne le projet du Pôle Petite Enfance.

Il faut savoir que lors de la fermeture - aussi regrettable qu’expresse - de l’école Curie-Pasteur une rumeur avait alors circulé : le Pôle Petite Enfance allait remplacer les salles de classe. Nous avions alors interrogé le Maire qui nous avait formellement démenti cette rumeur qu’il jugeait infondée. Il en fut de même lors de la fermeture de l’école Jean de La Fontaine qui fut transformée en pôle associatif sans concertation de l’opposition.

Ce projet arrive donc au Conseil Municipal comme un lapin qui sortirait du chapeau d’un prestidigitateur. Pour ce projet important (1 000 m2) qui se monte à 1 280 000,00 euros HT, eh bien, comme à l’accoutumée, aucune concertation en amont, pas de réunion de travail n’ont été programmées.... Ce dessein, chiffré dans le détail, nous est présenté comme obligatoire, son budget de fonctionnement ne nous est pas révélé. Il faut savoir que les coûts de fonctionnement d’un tel projet ne sont pas anodins. Le comble de l’immodestie est atteint lorsque le Maire dévoile un taux prévu de subventions à 80%.

Comment peut-il se prévaloir d’une telle ambition alors que bien des fois, lorsque nous avons souligné sa timidité face à ses demandes de subventions, il nous lançait invariablement la même réponse : « les temps ont changé et il devient impossible, de prétendre à un taux très élevé de subventions ».

Nous vous rappelons : depuis 10 ans le Maire n’a jamais obtenu plus de 30 % dans ses demandes de subventions.

Dans les conditions annoncées de financement, le reste à charge pour les contribuables est de 256 000 euros. A l’annonce d’un montant obtenu de subventions inférieur à 80% ces derniers mettront une nouvelle fois la main à la poche.

De plus, il faut bien savoir que le Maire a eu, concernant l’école primaire Curie-Pasteur et l’école maternelle Jean de La Fontaine, des acheteurs pour la reprise des bâtiments, cette opération aurait entraîné inévitablement une activité dans le centre-ville et ainsi éviter de déplacer le Pôle Petite Enfance, rénové il n’y a pas si longtemps. Ce manque de vision entraîne un gaspillage des deniers publics et un manque d’attractivité pour notre cité.

En agissant de la sorte, le Maire se moque des Montchaninoises et des Montchaninois et de nous élus minoritaires ! Il revendique son « vivre ensemble » en permanence, mais surtout ne l’applique pas, il n’a pas la moindre considération pour son opposition. Quant aux conseillers municipaux de sa majorité, la seule expression orale de chacun d’eux durant ces 6 années, aura été de répondre « présent » lors de l’appel de début de Conseil. Bien triste bilan !

Josiane Genevois, Marc Martin, Christelle Burquier, Daniel Jeandot, Elise Amado, Annie Pretet.






                 Conception & Design : Desilog ©