13 visiteur(s) connectés.    6078802 articles vu                   

Comme un parfum de braderie de LILLE....


 

S'il existait un Saint Patron de la météo il y a fort à parier que ni René, ni Carlos ni toute l'équipe du « mont'ch » sur le pont chaque second dimanche des différents mois n'aillent lui faire brûler un cierge en signe de remerciement. S'ils s'y rendent, ce ne pourra être que pour conjurer le mauvais sort...

Car, il faut bien le constater, les organisateurs depuis le début de l'année n'ont guère été favorisés par dame nature. Après avoir du annuler l'installation des puces le long de l'étang de la muette en juin et dans l'impossibilité de pouvoir le faire en juillet pour cause de feus d' artificse tirés la veille, ils pensaient, s'appuyant sur un temps clément en ce début septembre, pouvoir installer en toute tranquillité l'événement sur la base de loisirs. Certes, ce qui était prévu fut fait, mais par un temps maussade et une température nécessitant tout au moins le matin, une petite laine voir un peu plus épaisse. Les manteaux et parka étaient donc de rigueur plus encore coté exposants immobiles derrière leur échoppe que coté visiteurs qui, en arpentant les allées avaient plus de chances d'accumuler les calories.

Néanmoins, la fréquentation a été bonne, les affaires assez soutenues et de grandes satisfactions de part et d'autre des étalages.

Coté « resto » les moules frites, c'est comme l’omelette au lard, il n'y a pas de saison pour leur faire honneur et les amateurs ne se firent pas prier pour se mettre à table. Aussi, toute la pêche fut avalée pour la plus grande satisfaction des « cuistots » en charge de leur préparation.

Il planait comme un parfum de braderie de LILLE dimanche au dessus des puces de bourgogne...





























                 Conception & Design : Desilog ©