6 visiteur(s) connectés.    5261753 articles vu                   

Des vacances le long de la mer qui auraient pu se terminer en "queue de poisson".


 C'est bien connu, « les meilleures choses ont une fin.... » Mais il y a fin et fin.....Celle vécue par la famille « cminfos » aurait pu être dramatique. J'explique :

8 jours passés en caravane au « Pascalounet » un camping le long da la côte bleue avant de re atteler et prendre dimanche la route du retour. 465 kilomètres, c'est long mais le dimanche, il y a peu de camions et le voyage s'annonce « cool ». Pourtant peu avant BOLLENE, alors qu'à 100km/h je venais de doubler un camion et m'étais rabattu sur la voie lente explosion venant de l'arrière et le bruit pas vraiment doux d'une jante roulant à même la chaussée. Sans vraiment paniquer peut être à cause de mes 54 ans de permis, après que Madame ait activé les feux de détresse je parviens vaille que vaille à immobiliser l' atttelage sur la bande d'arrêt d'urgence.

Descente de la C5 très prudente évidemment coté circulation, la famille enfile les gilets jaunes, installation d'un triangle (non obligatoire sur autoroute) appel à l'assistance puis aux services de l'autoroute qui après m'avoir identifié grâce à une camera m'assurent de l'intervention d'un dépanneur dans les 30 minutes.

Première constatation, le pneu gauche de la caravane a littéralement explosé. Pourtant il n'avait qu'un an et moins de 2000 kms. Au bout de 25 minutes un véhicule de la Gendarmerie se trouve par hasard à passer et s'arrête. 2 militaires en sortent et inquiétude contenue de ma part. Dame, nous sommes en gilets jaunes....

« Nous venons de doubler un dépanneur» m'expliquent t ils et « nous allons rester pour le mettre en sécurité durant son intervention ». Le dépanneur arrive et peut travailler en toute quiétude malgré les véhicules circulant dans son dos à grande vitesse. « Vous avez une roue de secour » me demande t il ? « Oui mais elle n'a jamais été montée » lui réponds je. «  Elle n'est pas assez gonflée » ajoute l'homme de l'art. Heureusement, prévoyant, je me déplace toujours avec un compresseur sur batterie et en 4 coups de cuillère à pot les 3 bars sont atteints et nous pouvons repartir. Tout ceci pour vous dire qu'en toute honnêteté cela aurait pu être très très grave.

Si, vous rencontrez un problème similaire sur l'autoroute, soyez rassurés. Vous serez pris en charge par une assistance et des services de l'autoroute qui, comme les gendarmes et le dépanneur ont toujours eut comme premier souci notre sécurité en nous rappelant sans cesse « de nous éloigner de la voie de circulation et nous mettre au delà de la rambarde ».

Moi, qui suis souvent critique,je tire mon chapeau ou plutôt ma casquette à tous ces professionnels « sur le pont » 365 jours par an et 24h/24 pour que nos loisirs ne se terminent pas en drame.






                 Conception & Design : Desilog ©