4 visiteur(s) connectés.    6071075 articles vu                   

Trop peu de monde dimanche devant le monument aux morts.


 

Outre, l'émotion habituelle que suscite depuis 1954 la journée nationale des victimes et héros de la déportation, la cérémonie de ce dernier dimanche a été emprunte de respect envers les trop nombreux déportés qui, et même si cela n'a pas été souligné, avec la complicité de la police française de VICHY ont été envoyé dans les camps nazis où beaucoup ont succombé.

MONTCHANIN, les villages de son anciens canton ont eu, comme partout en FRANCE, à déplorer les exactions de l'occupant et ses actes consistant à envoyer dans les camps un nombre important de ses « enfants ». Tous ne sont pas revenus, d'autres si et c'est grâce à eux que l'on a pu connaître dans quelles conditions désastreuses ils ont vécu au delà de notre frontière avec l' ALLEMAGNE.

Ce moment d'émotions est évoqué lors de la journée nationale des victimes et héros de la déportation se déroulant chaque dernier dimanche d'avril. Mais cette fois, il manquait quelqu'un qui lui aussi avait témoigné sur les souffrances subies dans les camps, Jean JARLOT qui a quitté ce monde en décembre dernier.

Preuve s'il en est que le devoir de mémoire perdure chez certains de nos concitoyens, c'est Annick la fille de Jean qui a pris la parole pour lire le communiqué conjoint de plusieurs associations patriotiques. Cette édition 2019 est donc un passage de témoin entre père et fille, génération ayant laissé une partie de sa jeunesse dans les camps nazis et génération s' emparant de ce passé afin qu'il reste actif dans les mémoires. Malheureusement, ce sentiment ne semble pas partagé par la jeunesse totalement absente semblant démontrer que du coté de l'éducation nationale on ne se sent pas véritablement concerné. Ah ! C'est vrai, ce sont les vacances de printemps. Mais y a t il eu des vacances de printemps pour ceux à qui les Allemands avait offert une « villégiature » il y a plus de 70 ans maintenant ?

Après la gerbe conjointement déposée par le Maire et Annick JARLOT, les discours lus par les mêmes acteurs et l'observation d'une minute de silence, lors de laquelle les 5 drapeaux d'associations combattantes présentes se sont inclinés en signe d'hommage aux disparus.

Les musiques de l'harmonie et de la BFE ont assurées les sonneries et musiques adéquates ceci en présence de quelques élus, de représentants des associations combattantes, d'une délégation des sapeurs pompiers ainsi que Pierre CORNELOUP l'ancien Maire et Conseiller général.


Vidéo à visionner en passant par INTERNET EXPLORER, le discours d'Annick JARLOT.


Vous trouverez l'intervention du Maire lors d'un prochain article.









                 Conception & Design : Desilog ©