15 visiteur(s) connectés.    6078808 articles vu                   

Plus fort que le Baron...


 

« Gouverner, c'est prévoir! » On peut attribuer cette citation à Adolphe THIERS le premier Président de la IIIème République où à Emile de GIRARDIN député contemporain du précédent, à chacun son choix. Quant à moi, j'en choisi un 3ème, le Maire de MONTCHANIN alias JYV qui vient de mettre en œuvre un tout nouveau plan de circulation pour, on peut le penser , « sécuriser » une voie où je n'ai pas le souvenir qu'il y ait eu tout au moins récemment ni accident ni même le plus léger accrochage....

En ce sens, le ci devant Maire se hisse , mais oui ! au niveau du spécialiste historiquement reconnu, Georges Eugène HAUSSMANN plus communément associé au titre de Baron qui, si en cette période de résurrection sortait de sa dernière demeure serait totalement « bluffé ».

Le but, interdire aux usagers de quitter les contres allées pour pénétrer sur l'avenue de la République. Comment ne pas être admiratif devant ces panneaux « sens interdit » installés à hauteur de l'ancienne ligne de chemin de fer face à la toute nouvelle enseigne financière. Comme un panneau ne suffisait pas, deux ont été installés, je pense pour garantir aux borgnes, s'ils ont des problèmes de vue, une perception de l'interdiction. Et puis dans ce secteur, il faut bien le dire, les panneaux, ça manquait...

Ainsi, si vous avez stationné devant une pharmacie ou le débit de tabac, vous ne pourrez retrouver l'avenue de la République qu'en empruntant le rond point de la fontaine....De la fontaine ??? De l'ancienne fontaine devrais je écrire car la margelle dans un état de délabrement majeur depuis des mois, a été « rasée ». Plus d'eau une entrée de ville marquée par une boule autour de laquelle il faut tourner dont on se demande quel symbole elle apporte à la fameuse attractivité de MONTCHANIN?D'autant que les reliefs de la démolition au sol démontrent que le chantier n'est ni fait, ni à faire.... Si, l'ancienne fontaine a été à plusieurs reprises victime des débordements, non pas de l'eau mais d' automobilistes « avinés » et que la margelle a été partiellement détruite, une robuste protection en tube acier rond d'un bon diamètre ou une rambarde telle qu' on en installe sur le bord des route solidement scellée entre 60 à 80 centimètres du sol au niveau extérieur de l'entourage en pavés qui ceinture la fontaine aurait sans doute fait l'affaire. Mais l'édifice devenu pour la majorité municipale au fil des années aussi collante que le « sparadra » du Capitaine HADDOCK possède un défaut flagrant. C'est d'avoir été pensé et installé par l'équipe de Pierre CORNELOUP dans le but d'avoir une entrée de ville plus attrayante tout en forçant les usagers à ralentir. Et çà, ça ne pardonne pas...Une question me tenaille, comment va t on maintenant installer la décoration lumineuse de fin d'année ? Bah ! Sans doute en empilant comme d' habitude des moellons servant de support, un probable nouveau coup de patte artistique du « Vivre ensemble »...

En face, devant le monument, le passage d'accès à l'avenue n'est pas interdit mais un panneau « Stop » et les bandes blanches au sol ont été posés. Je n'avais pas jusque là remarqué que des automobilistes cyclomotoristes ou même cyclistes s'engageaient « pieds au plancher » sur une voie totalement perpendiculaire mais....

Direction Bois Bretoux, sur la contre allée passant devant, et c'est pas peu dire, « le poumon commercial de la ville », même cas de figure que devant le monument et l'ancienne voie ferrée mais pas la même musique. Ici, ni sens interdit ni stop. Ainsi les camionnettes qui très souvent notamment les week-end interdisent l'accès à l'avenue pourront continuer à le faire et ce, en toute impunité...

La démonstration est faite, « Gouverner c'est prévoir » aujourd'hui avec des interdictions qui ne s'imposaient pas vraiment. Demain peut être la Maire installera ici et là quelques abris anti atomique dans l'optique d'une attaque surprise de la Corée du Nord de l' avenant KIM JONG UN....






                 Conception & Design : Desilog ©