14 visiteur(s) connectés.    4759944 articles vu                   

L'entreprise GENEVOIS change de mains.
Philippe vient de faire valoir ses droits à la retraite.

 Jadis prospère pour tout ce qui concerne les entreprises « à taille humaine » gravitant la plupart du temps dans l'orbite de celles l'étant moins, comme par exemple la Fonderie Henri Paul SCHNEIDER, MONTCHANIN a vu au fil des décennies fermer une à une ses enseignes et, plus guère pour ne pas dire aucune de cet âge d'or ne subsistent.


Parmi celles qui, jusque là ont poursuivi leurs activités en nom propre , l'entreprise GENEVOIS et FILS sise avenue de la libération, à la confluence avec la rue de MÂCON est sauf erreur de ma part, sans doute la seule. Si, elle ne peut être véritablement qualifiée d'industrielle au plan de sa surface, et de son effectif, elle l'est partiellement par ses activités, parmi lesquelles, l'emballage lui apporte cette touche industrielle de son poste clients, parmi lesquels des entreprises de grand renom.

Pourtant, rien ne prédestinait véritablement l'entreprise GENEVOIS initialement spécialisée en Menuiserie Ébénisterie à totalement se réorienter vers des fabrications lui étant il y a maintenant plusieurs décennies totalement étrangères.


Voici l'historique selon Philippe GENEVOIS :



« En 1950 Henri GENEVOIS créa sa propre entreprise de Menuiserie Ébénisterie dans la maison familiale au 2 rue de Mâcon à MONTCHANIN.

Au fil des années avec l’aide de ses fils celle ci se développera dans un premier temps avec l’agrandissement de l’atelier puis en 1974 avec le rachat de l’atelier BROCHOT au 7 Avenue de la Libération à MONTCHANIN. Ce qui a permis le développement de nouvelles orientations telles que les charpentes et la fabrication d’emballages bois.


Après 43 ans passés au sein de l’entreprise dont 30 ans en tant que Gérant de la SARL Genevois Père et Fils Philippe GENEVOIS a fait valoir ses droits à la retraite.


Afin que l’entreprise GENEVOIS perdure et reste implantée sur la commune de MONTCHANIN en se souciant de l’avenir de son personnel la recherche d’un repreneur a été lancée par Philippe GENEVOIS avant son départ.


C’est avec beaucoup de bonheur et de fierté que cette recherche a aboutie.

Désormais une nouvelle société intitulée «  Entreprise GENEVOIS BASSET » continuera l’activité menuiserie Bois, PVC, agencements divers ainsi que l’emballage fabrication de caisses bois.


Son gérant Ludovic BASSET 34 ans professionnel dans les métiers du bois prendra dès le 5 novembre 2018 la gérance avec beaucoup d’enthousiasme.

L’ensemble du personnel de la SARL GENEVOIS Père et Fils fera partie intégrante de cette nouvelle société.


Comme par le passé, l’Entreprise GENEVOIS BASSET répondra aux appels d’offres publics, privées, aux demandes de particuliers ainsi qu’aux clients industriels pour l’emballage bois. »


Si je devais résumer l'évolution de la Société GENEVOIS Père et Fils, une chose se détache immédiatement, le fait que l' entreprise créé alors que MONTCHANIN comptait déjà 4 autres ateliers de MENUISERIE EBENISTERIE à MONTCHANIN a, dans les années 70 compris que pour survivre il lui était nécessaire d'évoluer et de se réorienter. Les couples créant de nouvelles familles s 'adressaient alors de moins en moins aux MENUISIERS locaux pour la fabrication de la fameuse chambre nuptiale premier achat à cette époque et meubler leur logement.

De nouvelles enseignes cachant une fabrication semi voir totalement industrielle s'installèrent çà et là et, hormis l'enseigne GENEVOIS, toutes à MONTCHANIN baissèrent le rideau une à une. Le temps où figurait sur le mur de la demeure familiale le slogan «  Pour ma cuisine, ma chambre, mon salon je ne vois que GENEVOIS » et qu'on pouvait voir de nombreuses années encore après que l 'atelier eut traversé la route était bien révolu.


Philippe GENEVOIS le dernier de la lignée à diriger l'entreprise vient donc de faire valoir ses droits à la retraite et de céder son entreprise à Monsieur Ludovic BASSET un jeune entrepreneur qui a tenu à ce que la raison sociale de son entreprise comporte toujours le nom de son créateur.

Philippe GENEVOIS n'a pas préparer sa succession n'importe comment car, en écoutant ce qu'avaient affirmé le Maire et son 1er adjoint lors d'un conseil municipal au printemps dernier, on aurait pu craindre le pire...


Petit retour en arrière :


Nous somme lors d'un Conseil Municipal le 29 mars dernier et, Josiane GENEVOIS épouse de Philippe et leader de l' UAMC pose au Maire une question relative à l'éventuelle vente des locaux de la ligue de Bourgogne de football au Thiellay, la ligue devant apparemment s'installer à DIJON. Si, cela devait se faire Madame GENEVOIS propose que la ville rachète l' immeuble et le loue ensuite à la CUCM afin que cette dernière y installe ses bureaux qui seraient géographiquement plus centralisés. Josiane GENEVOIS exprime également son mécontentement de ne pas en avoir été informée alors que le Maire indique avoir déjà visité les locaux.

Lever de bouclier du Maire puis de son Premier Adjoint qui reprochent à Josiane GENEVOIS de totalement négliger l'aspect social, l'avenir des 17employés (ées) travaillant à la ligue. (NDLR j'y ai consacré un article spécifique où on apprend que parmi ces employés un seul (e) habite MONTCHANIN).


Lors d'une d'une conversation téléphonique que j' eu avec Philippe GENEVOIS et alors que j'abordais l'avenir de son personnel, le néo retraité avec une pointe d'humour se plut à me confier : «  J'ai tenu à vendre l'entreprise avec le personnel. J'ai chercher un acquéreur qui accepterait le « deal » et je n'ai conclu la vente qu'a cette condition »

Alors, on néglige l'aspect social chez les GENEVOIS ?

A ce titre, me revient à l'esprit le licenciement « sans cause réelle et sérieuse » a dit la justice, de « Luigi » le chauffeur du CAPA intervenu simplement quelques mois avant que l'actuelle majorité à la Mairie ne « municipalise » le centre d'animation et de plein air....




Philippe GENEVOIS en compagnie de M. BASSET son successeur.
                 Conception & Design : Desilog ©