10 visiteur(s) connectés.    4828704 articles vu                   

MONTCHANIN / BUXY : C'est grave Docteur ?


 

Cette première étape en honneur régionale n'aura pas, pour les montchaninois été, loin sans faut à la hauteur de leurs espérances. Quant est il des spectateurs ayant assisté à ce que l'on aimerait être le seul naufrage des « ciel et blanc » à domicile ?

Parmi ceux-ci, je veux parler de ceux qui les supportent, il y a les inconditionnels qui ne voient que ce qu'ils veulent voir, qui soupçonnent l'arbitrage, qui conspuent le buteur adverse et qui de ce fait manquent tout de même d'impartialité. Il n'y a pas qu'à Lucien PARRIAT qu'ils existent. De là, à dire qu'il rendent service au club et au sport en général, il y a un fossé que je ne me risquerais pas à franchir.

Et puis il y a les autres, venus passer un agréable moment de rugby en souhaitant, on s'en doute voir ses favoris triompher mais s'arrêtant surtout à la qualité du spectacle. Beaucoup ce dernier samedi sont venus de BUXY ou d'ailleurs et se sont installés en tribune à coté de Montchaninois ou sur les gradins afin de peaufiner leur bronzage.

Alors, ce spectacle ? De qualité plus que moyenne pour une partie lors de laquelle deux objectifs étaient poursuivis.

Celui de BUXY sans doute désireux de retrouver dès la prochaine saison la « Fédérale 3 » qui ne lui a pas trop souri la saison passée. Celui des « Stadistes » est bien entendu de démontrer que leur place en honneur conquise l'an passé est bien là et qu'il faudra compter sur eux pour le moins jouer les troubles fête.

Quoi de mieux qu'un derby pour mettre les choses en ordre ?

Au risque de déplaire une nouvelle fois, j'estime que BUXY s'est montré bien plus à son avantage que ne l'ont été les joueurs locaux. Et il n'y a pas que le score qui le démontre... Les « vert et rouges » ont su « gratter » dans les mains des Montchaninois tous les ballons dangereux, au sol mais aussi dans les airs leur enlevant leurs meilleures munitions. En outre, grâce à une défense qui ne prit jamais l'eau même au raz de leur ligne, une charnière dynamique et jouant juste pour les dégager lorsque il leur arriva d'être sous pression, des centres loin d'être maladroits et opportunistes, des ailiers d'une vivacité parfois déroutante, les Buxynois n'ont pas accompli de « hold up » ils l'ont logiquement emporté et ce n'est aucunement le fruit du hasard. J'ajouterai, qu'ils sont apparus en bien meilleur forme physique que les « Stadistes » en terminant le pied au plancher les dernières minutes du match au point d'aller marquer un second essai dont ils n'avaient plus vraiment besoin. Mais, de cela j'y reviendrai ci dessous.

Coté Montchaninois, l'analyse est d'une simplicité de cours préparatoire. Si on ne peut leur reprocher de ne pas avoir couru, ils ont été incapables de proposer une structure de jeu capable de mettre à mal les velléités adverses. Le rugby est un sport où en principe lorsqu'on a la balle en mains, on cherche à éviter les adversaires. « Rugby à l'ancienne ! » prétendra une génération ignorant que ce jeux existait bien avant elle. Les avants locaux, comme ils l'observent à la télé,loin de tenter de contourner leurs rivaux ne pensèrent « qu'à leur péter dedans ». Bilan des opérations face à BUXY, 4 à 5 ballons perdus sur les « rucks » suivant les impacts dont au moins deux à proximité de l'en but visiteur. Autant de remises à la touche elles aussi perdues et lorsque, presque par hasard les ballons furent captés, les groupés pénétrants, l'arme fatale dans le rugby d'aujourd'hui ont été tellement mal structurés que BUXY n'eut aucun mal pour endiguer ce qui ne fut jamais une vague submergeante. Jamais on ne vit lors des quelques mêlées une combinaison demi/ 3ème ligne, un coté fermé où les numéros 7 ou 8, voir 7 et 8 seraient venus appuyer le 9 et l' ailiers. Rugby d'un autre temps sans doute mais qui, ajouté au rendement du pack rendit jadis MONTCHANIN quasiment invincible à Lucien PARRIAT...

Une fois la balle transmise « derrière », c'est la tactique de l’essuie glace. On ouvre coté gauche ou coté droit, on poursuit au fil des points que l'on voudrait être de fixation du même coté pour, une fois la ligne de touche atteinte, repartir en sens inverse. Un régal pour les défenses. Absence d'originalité dans les choix, exit les prises de risques qu'engendreraient des gestes originaux. Je n'ose évoquer les passes croisées, mais des vraies entre centres, demis ailiers et pourquoi pas arrière qui furent une marque de fabrique du Stade il y a....

Aujourd'hui, un ersatz, la fameuse redoublée entre le 10 et l'un de ses centres, mouvement tellement éculé qu'il ne surprend pratiquement plus personne. Quant à mettre l'ouvreur en position pour tenter un drop ( çà existe?).... Et nous sommes quelques « vieux cons » à le penser, le chantier est relativement important d'autant qu'au plan du physique la comparaison entre la forme des Buxynois et des Stadistes « il n'y eut pas photo ».


Et pourtant, ils auraient du être prévenus...


Il suffisait pour se convaincre de l'état de forme réciproque, d'observer le match de lever de rideau entre les « B » des deux clubs.

Me concernant, je suis arrivé à la pause lorsque le Stade menait 3 à 0. A l'évidence donc, je n'avais rien perdu....

« Pas vu le soleil » en deuxième période les Stadistes. à qui BUXY fit cadeau du match nul 3 à 3. Pourquoi  cadeau? Déjà, les vignerons bien que menés en choisissant les « pénal'touches » se privèrent longtemps, exactement 20 minutes, des 3 points de l'égalisation. Ensuite, lorsque leur talonneur le premier sous une balle ayant heurté le montant lors d'une pénalité commis un en avant alors qu'il n'aurait eu qu'à se baisser pour marquer....

Mais ce que le staff local aurait du remarquer, est que les réservistes « ciel et blanc » ne franchirent quasiment pas la ligne médiane durant la seconde période et que leurs homologues attaquèrent sans relâche des 4 coins du terrain, signe d'une condition physique déjà assez affûtée .

En résumé, si, mais ce n'est qu'une hypothèse, les équipiers 1 « Stadistes » avant le match se sont regardés dans un miroir, ils se sont sans doute trouvés très voir trop beaux n'ayant peut être pas remarqués qu'il s'agissait d'une glace déformante....

Ce que l'on peut souhaiter, c'est que le prochain adversaire dimanche en fasse les frais et que l'on retrouve une équipe Montchaninoise beaucoup plus fringante et fin prête à relever les futurs défis.

Les résultats de la 1ère journée.


MONTCHANIN 9 BUXY 23.

VERDUN 20 SAINT LEGER DES VIGNES 10.

SAINT APOLLINAIRE 3 TOURNUS 15.

DOLE 15 VESOUL 22.

CHAROLAIS BRIONNAIS 23 CLUNY 12


Illusation musicale de la vidéo que vous pouvez visionner si vous passez par INTERNET EXPLORER.

« Waterloo » par ABBA.

« Holy mountain » par Noël GALLAGHER 'S Hight Flying Birds.























                 Conception & Design : Desilog ©