10 visiteur(s) connectés.    4828741 articles vu                   

Des puces de bourgogne ombragées.


 

La météo dimanche étant pour une fois conforme aux prévisions, c’est à une édition de juillet des puces de Bourgogne particulièrement estivale qui s'est tenue dimanche le long de l'étang de la muette.

De très bonne heure, les exposants ont donc pu s'installer là où ils le souhaitaient une majorité d'entre eux choisissant « la forêt » si bien que la moindre clairière était occupée par des vendeurs confortablement installés sous les ombrages. De ce fait, la promenade quoique très garnie n'a pas dépassé le niveau du pont métallique enjambant le bras mort de l'ancien canal et que les stands installés là ont longtemps été adossés au soleil qui ne les a véritablement « titillé «  qu'en milieu d'après midi.

De telles conditions ne pouvaient qu'engendrer la bonne humeur, bonne humeur que l'on pouvait entendre autour des « bancs »souvent XXL lors des négociations. J'ai même entendu un vendeur indiquer à une personnes intéressée par un objet lui proposer de lui communiquer ses noms et adresses pour rembourser cette personne pour le cas où l’appareil ne fonctionnerait pas....Une brocante avec garantie, il n'y a que les Puces de Bourgogne pour offrir ça....

Coté restauration, le choix de l'assiette fraîcheur a été plutôt judicieux et on a failli manquer devant le succès rencontré. Failli ! Cela veut dire que l'exactitude des calculs prévisionnels a permis de servir tout le monde sans avoir à alimenter le composteur et, pour l'organisation, n'est ce pas là l'essentiel ?

Aussi, maintenant qu'on semble être entré de plein fouet dans l’été, on se dit qu'on est évidemment repartant pour le mois prochain.....Mauvais pronostic car en août, les Puces de Bourgogne font comme chaque année « relâche » et on ne se retrouvera que le 9 septembre avec l'édition plus particulièrement consacrée au patrimoine local.

D'ors et déjà, celles ou ceux possédant dans leur cave et grenier des objets issus du patrimoine industriel de la ville qui rappelleraient MONTCHANIN il y a …...pourront venir les mettre en vente. Même su cela ne leur permettra pas d'être assujettis à l'impôt sur la fortune, ce sera toujours mieux que de les laisser « pourrir » avant, un jour de « méga » nettoyage les emporter à la déchetterie. De plus, comme les puces de rentrée sont prévues à nouveau le long de l'étang si la météo est à nouveau au rendez-vous le bonheur sera assuré. Héla, il faut attendre deux mois, mais l'attente ne rendra pas t elle pas la journée encore plus attrayante... ?








































En arrière plan, la mer...euh! la muette...
                 Conception & Design : Desilog ©