3 visiteur(s) connectés.    4463884 articles vu                   

Conseil municipal : J'aurais presque pleuré...
Dernier volet.

 

Contrairement aux apparences , derrière l'ancien « para » que je suis se cache en fait un grand sensible. Il lui arrive même de verser une larme, ce qui en dehors de sa période « bébé » lui est notamment arrivé au début des années 50 lorsque le « Steph » son père alors mineur au puits PLICHON à MONTCEAU est, au soir d'une « manif » rentré totalement aveugle soutenu par deux copains de la CGT Mineurs. La raison ? Il avait simplement sur le pont de la 9ème, croisé une compagnie de CRS qui se défoula avec une, peut être deux, grenades lacrymogènes mais, connaissant leur humanisme et leur pondération sans doute pas plus... Sa situation ophtalmologique dura tout de même 2 jours.


J'ai bien entendu par la suite,pleuré de nombreuses fois.

Déjà en 1977 lorsque Marie MYRIAM gagna le concours de l'Eurovision. Puis plus tard en 1984 et la victoire de Bernard HINAULT sur le Tour de France, la dernière d'un Français et ça ne fait que 34 ans... En 1998 le titre de Champion du Monde de football des « bleus » d' Aimée JACQUET m'attira aussi quelques larmes...

Et plus récemment encore en 2005 lorsque Christian ESTROSI fut nommé Ministre quelques années plus tard quand François HOLLANDE affirma qu'il était socialiste et plus récemment lorsque Laurent VAUQUIEZ s'est dédouané de vouloir un rapprochement avec la FN.... Mais là, c'était de rire....

Depuis, mes glandes lacrymales semblaient taries jusqu'à ce jeudi 29 mars lors du dernier Conseil Municipal.

Interpellée par le Maire sur le fait qu'elle ne propose jamais rien, l'opposition, cette fois tout d'abord par la bouche de Madame GENEVOIS protesta en lui rétorquant que l’opposition n'était non seulement pas associée mais jamais informée concernant les projets municipaux et que tout en quelque sorte se faisait en catimini.... Et pour exemple les bruits selon lesquels le bâtiment de la ligue de Bourgogne de Football, à propos duquel l' UAMC en ayant entendu parlé avait proposé qu'il soit racheté par la ville afin de regrouper et y installer les bureaux de la CUCM.

En réponse, le Maire indiqua que ces locaux avaient été visités, pas par des délinquants mais des élus, ce qui ouvrit un débat sortant, mais je n'en suis pas vraiment certain, les chaises de la majorité de leur léthargie. Et c'est là, écoutant ce qui venait de se dire que je sentis les sanglots me remonter dans la gorge le point culminant étant atteint lorsque, et vous pourrez l'entendre en visionnant la vidéo jointe, (INTERNET EXPLORER) le Maire puis Yohann CASSIER dont le sang n'avait sans doute fait qu'un tour, reprochèrent à l'opposition de ne voir que le coté immobilier en ignorant totalement l'aspect social, le devenir des 17 employés travaillant à cet endroit.

Le martellement de l'expression « aspect social » me glaça d'angoisse lorsque je me rendis compte de la gravité de la situation. Si, effectivement, la ligue de Bourgogne déménageait et que, cela génère malheureusement un questionnement sur le devenir des employés, que pourrait alors faire la municipalité, ne pouvant plus bénéficier du soutient de l'ex ministre Christophe SIRUGUE qui s'était montré si efficace dans les « affaires » Sycasel Sotralem et l'exonération de la TVA pour la construction de la MSP... ?

Ayant été élevé au son de la lutte des classes et avant d'alerter, la CGT, La France Insoumise, Lutte Ouvrière et le Nouveau Parti Anticapitaliste je me suis rappelé ce que m'avait dit le regretté André LAUBEPIN mon chef d'agence lorsque j'ai débuté dans le journalisme : « Il est souvent nécessaire de vérifier avant d'écrire ».

Aussi, comme j'avais jadis, ce devait être en 2008/2009, débusqué le constructeur de l'ancien ascenseur en façade de l'hôtel de ville dont la première équipe du Maire actuel et d'ailleurs lui même disaient avoir perdu la trace, (ce qui m'avait permis de l'interroger sur les retards de mise en service de l'engin assez différent de ce que les nouveaux élus avaient prétendu), comme j'avais également et récemment demandé à l' ADEME Bourgogne ce qu'elle pensait concernant le parc photovoltaïque envisagé sur l'ancienne décharge, (la réponse de l'organisme n'étant pas défavorable), j'ai donc appelé le Président de la Ligue de Bourgogne Franche Comté de Football,qui ce jour là était absent mais qui n'a pas manqué de me rappeler ce qui chez lui et contrairement à d'autres dénote un savoir vivre qui mérite d'être souligné.


Vous trouverez ci dessous des extraits de la réaction du Président de la ligue de Bourgogne Franche Comté de football lors de notre conversation.


Tout d'abord, Monsieur Daniel FONTENAUD affirme «  C'est extraordinaire ! Je me demande pourquoi on évoque ça dans un conseil municipal surtout qu'il n' y absolument rien de fait. Je crois que les gens vont beaucoup trop vite ». Poursuivant, il égratigne tout d'abord l'opposition qui à ses yeux n'a pas à se plaindre de ne pas être informée «  Elle n'avait pas de raison de l'être, puisqu'il n'y a rien eu... » Mon interlocuteur n'est pas plus tendre avec la majorité qui dramatise sur l'aspect social. « ...concernant le personnel,bien sûr que nous ferons des propositions, mais çà n'est pas pour demain... ». En effet, pour l'heure s'il m'indique que la CUCM a par deux fois visité les locaux, depuis « çà n'a pas bougé d'un pouce... » Puis, revenant au personnel « Il va se passer à mon avis, un bon moment avant qu'on ne parle de tout çà . » Et il ajoute une pointe d'humour «  sauf si la communauté urbaine achète demain matin... ». A la suite d'une question, il précise

« Concernant le personnel à MONTCHANIN, il vient surtout de CHALON où il travaillait déjà pour la ligue. En fait, parmi les employé (e)s il n'y en a qu' un(e) qui habite sur site ».

Pour l'heure donc, rien n'est fait, ce qui rejoint ce que le Maire et Yohann CASSIER ont indiqué lors du conseil. Il reste à savoir si ce « rien n'est fait » a la même consonance dans la bouche des élus locaux concernant un éventuel rachat que dans celle du Président de la ligue qui affirme que rien n'est encore arrêté, à propos du lieu où seront installés les locaux de la ligue et ce, d'autant qu'où elle est à DIJON actuellement, elle est en location.


Pour l'heure donc, le taux de chômage de la ville ne risque pas d'être affecté ce qui va à l'encontre de la dramatisation qu'en ont fait le Maire et son Adjoint même si « gouverner c'est prévoir » comme l'a affirmé l'adjoint aux sports. Marc MARTIN pour l' UAMC n'admet pas lui aussi que la majorité prétende que l'opposition ne propose rien. Et il rappelle qu'il avait émis le vœux que l'on rende plus accueillante l'avenue de la libération entre le collège et l'école BOUTAVANT, notamment en « actionnant » un plan couleur bien en place à MONTCEAU ou LE CREUSOT. Il déplore qu'aucune suite n'ait été donnée.

Le budget est voté avec 7 absentions venant des oppositions.

Concernant l'évolution des taux, malgré que l'AMA ait demandé un gel des bases, ce qui pour le Maire correspond à une baisse de l'imposition**, ( NDLR : le contribuable Montchaninois en consultant son avis constatera que les différents taux n'ont pas changé mais le reste.....) A nouveau 7 abstentions pour le vote des taux d'imposition.

Dans la foulée, le Conseil a évoqué les travaux d'été réservés aux jeunes de plus de 18 ans et approuve la création de 18 emplois à raison de 20 heures hebdomadaires sur la période de juillet – août. Les jeunes étant intéressés doivent faire acte de candidature auprès de Madame Christine FOREY. Montant estimé, 10 000€. Sur cette question, unanimité.

Madame Marie-Claude VALLADE développe ensuite les redevances et aides en direction des écoles maternelles, primaires et le collège qui, ayant été augmentées il y a un an seront maintenues en l'état. Aucune opposition au moment du vote. Une subvention exceptionnelle est accordée à l'alliance dojo 71 pour l'achat d'un tapis avec un financement mutualisé puisque ce club rayonne sur plusieurs communes. Cet achat s'élève à 19152,00€ sur lequel MONTCHANIN propose de verser 850,00€. En réponse à une demande de Josiane GENEVOIS, Yohann CASSIER indique, qu'en fonction de l'évolution des autres communes sur ce dossier cette base de 850,00€ pourrait être réévaluée. Pour mémoire, le club souhaitait de la part de MONTCHANIN un montant de 1500,00€.... Aucune opposition sur cette somme de 850,00€. Yohann CASSIER indique ensuite le montant des travaux pour mise aux normes de la main courante sur le terrain N°2 à Lucien PARRIAT 22 240,00€. Le rapporteur explique que la FFF pourrait verser une subvention de 5000,00€ ( le maximum qui pourrait être obtenu) De son coté, la FFR ne semble pas enclin à participer. Pas d'opposition.

Ce conseil s'est poursuivi et conclu par diverses délibérations de moindre importance et dans une ambiance plutôt sereine.

** Question de vocabulaire : Quel est le contraire de baisse ?





                 Conception & Design : Desilog ©