9 visiteur(s) connectés.    4354125 articles vu                   

L'ADEME juge la décharge compatible avec l'installation d'un parc photovoltaïque.


 

Le jeu habituel entre majorité et opposition, que ce soit au plan national ou simplement communal est de confronter les réflexions lorsqu'on est dans l'opposition par rapport à ce que la majorité propose et d'émettre des idées concernant des projets différents de ce que ceux détenant le pouvoir ont jusque là exprimé.

A MONTCHANIN comme ailleurs ces situations existent et il est souvent assez difficile de dénouer ce qui relève de l'opposition de principe de celle reposant sur des fondements réels apparaissant défavorables aux habitants.

Ainsi, concernant la MSP qui ouvrira dans quelques semaines, la municipalité a entretenu le flou concernant le nombre de professionnels de santé qui « l'habiteront », les surfaces pour lesquelles ces praticiens paieront un loyer et ce qui restera à la charge du contribuable, le 0€ annoncé dès l'approbation du projet n'ayant pas convaincu tout le monde.

Se faisant, le pouvoir en place au 101 de l'avenue de la république a marginalisé l'opposition UAMC en réussissant à faire croire qu'elle était opposée à l'installation de cette Maison de Santé, alors qu'elle avait été la première, il y a maintenant quelques années à organiser une réunion publique sur le devenir de la Médecine de proximité au cours de laquelle des médecins, pharmaciens et infirmières avaient pu exprimer leur ressenti.

En ça, l' UAMC a tacitement « laissez faire » pensant peut être que ses interventions lors des conseils municipaux suffiraient à informer la population concernant ses propositions, alors qu'en dehors des citoyens assistant aux conseils ses iargumentations demeurèrent totalement inaudibles.

La dernière idée en date coté municipalité concerne un projet de création d'un parc photovoltaïque sur l'ancienne décharge de triste mémoire et la tactique « Vernochesque » n'a pas changé. Le Maire n'a t il pas déclaré en juin dernier lorsque ce projet a été présenté en conseil municipal : «  Madame GENEVOIS et l' UAMC est contre la modernité comme elle a été contre la MSP ».

Me concernant, la perspective d'un « champs » de panneaux photovoltaïques me paraît esthétiquement parlant peu attractif pour une entrée de ville, mais là n'est pas le plus important. Le point d'interrogation porte sur les risque de pollution encourus.

Dans l'intention d'informer objectivement mes lecteurs, j'ai le 12 janvier dernier, contacté l' ADEME BOURGOGNE – FRANCHE COMTE (Agence De l'Environnement et de la Maitrise de l'Energie) en demandant à être mis en contact avec la personne étant en charge de la gestion de l'ancienne décharge. Celle-ci étant absente au moment de mon appel, je ne me faisait guère d'illusion pour la suite.... Pourtant, peu avant 16 h 30 je fus rappelé par Monsieur G.P qui m'accorda un entretien que vous pouvez retrouver en intégralité joint à cet article en prenant la précaution d'ouvrir cette page avec internet explorer. Cela témoigne du désir de communication de l'ADEME si l'on sait que l'agence n'est ouverte au public que le matin.

Ce qu'il en ressort :


D'après le technicien, un parc photovoltaïque implanté sur une ancienne décharge est chose assez courante et ne pose pas de problème particulier.

La fixation des panneaux et les câbles destinés à acheminer l'énergie sont la plupart du temps installés soit en aérien soit dans des tranchées peu profondes trouvant leur place dans les 50 centimètres de terre végétale recouvrant la décharge.

Si, la décharge Montchaninoise est toujours « vivante » avec la pose en 2012 d'une nouvelle bâche d’étanchéité en bentonite, mon interlocuteur m'indique ne collecter pas plus dee 3500 litres de « lixiviats » par jour.

En forme de conclusion, le technicien répondant à une dernière question m'indique que rien ne s'oppose a l'implantation d'un tel parc et que l'ADEME ne s'y opposera pas.


Certains habitants seront sans doute plus rassurés. Mais alors, pourquoi le Maire de MONTCHANIN souhaite-t-il obtenir un consensus autour de ce projet puisqu'une approbation de sa seule majorité suffit ? Ne ferait il pas confiance aux dire de l'ADEME au point de penser qu'en cas de « pépins » il pourrait appuyer sa décision sur une unanimité  ce qui alors le mettrait à l'abri de toute critique ? Et comme il dit ne jamais lire cminfos, y aura-t-il une âme charitable pour l'en informer ?

Enfin, les précisions de cet article reprenant les garanties de non danger de l' ADEME qu'elle aurait pu obtenir elle même en effectuant la même démarche que la mienne conduira-t-elle l'UAMC à rejoindre le projet ? Les prochains conseils municipaux nous en diront sans doute plus....

Le 14 janvier 2018 à 07 h 40

Hervé MICHALCZAK.





                 Conception & Design : Desilog ©