5 visiteur(s) connectés.    4834952 articles vu                   

Puces de Bourgogne: Les dernières de l'année avec un hommage "au Toine"...


 

Si l'incertitude plane concernant les Puces de Bourgogne dont la dernière édition 2017 doit se tenir dimanche prochain quartier du Bois Bretoux, ce n'est qu'au plan météo car pour le reste, rien n'empêchera d'y passer de bons moments.

Déja, au plan de l'offre je vous évite la litanie habituelle consistant à vous énumérer ce que les chineurs pourront y trouver. Donc, je fais simple : « il y aura de tout comme d'habitude » et ce, quels que soient le nombre d'exposants. Et celles et ceux n'ayant pas encore trouvé leurs futurs cadeaux de Noël n'auront qu'à choisir...

Mais les Puces offrent également des occasions de se régaler et souvent de découvrir des mets qu'on ne connaissait pas. C'était vrai pour la flammekueche, la carbonnade ou l'axoa qui ont emmené les gastronomes en Alsace, au nord et au pays basque, ce le sera encore dimanche avec une truffade venant en droite ligne de l'Auvergne.

Que ceux qui s'imaginent qu'il s'agit d'un met à base de truffe refreinent leur enthousiasme, les champignons n'ont rien à voir dans la marmite. «  C'est le Toine FOREST qui nous a fait découvrir ce plat Auvergnat sa région d'origine » me confie René CHAVET. Pour ceux qui l'ignorent, Antoine FOREST était un ancien adjoint des mandatures FARASTIER et FOREST (Pierre), c'était un bon vivant d'une extrême gentillesse attirant toutes les sympathies. Antoine, c'était la définition du brave homme.

Pour revenir à notre truffade, c'est un peu semblable à une tartiflette, c'est à dire à base de pommes de terre sur lesquelles ont dispose de la tome d'Auvergne pour la cuisson.

On ne peut galvauder la recette en utilisant n'importe que fromage. « On a pu avoir de la tome d'Auvergne » ajoute René qui précise : «  on servira avec une tranche de rôti car les gens en ont un peu assez de la charcuterie... »

C'est évidemment un plat de saison, mais les « viandars » pourront comme à l’habitude garnir leurs assiette avec l’entrecôte charolaise comme les « tripiers » un peu plus tôt dans la matinée.

Après ces quelques lignes, ça ne vous donne pas l'impression qu'il manque quelque chose ? Pas quelque chose mais plutôt quelqu'un, le Père NOËL . Que les enfants se rassurent, il sera bien là et procédera à ses distributions de friandises habituelles. Aussi, si les parents sont réticents et reculent devant le temps, que les enfants les saisissent par la manche pour les convaincre de prendre la direction des Puces.



                 Conception & Design : Desilog ©