2 visiteur(s) connectés.    4518292 articles vu                   

Une cérémonie bien suivie.


 

Très, où plutôt trop souvent boudées par la population, les cérémonies patriotiques semblaient peu à peu entrer en désuétude. Aussi c'est

véritablement une belle surprise de constater que le 99ème anniversaire de l'armistice mettant fin à la première guerre mondiale célébré ce samedi 11

novembre à 11 heures 30 au monument de MONTCHANIN a réuni de nombreux participants.

« Je suis contente qu'il y ait eu autant de monde. On dirait qu'ils (les habitants) commencent à réagir ! Il était temps... » me confie une dame dont le papa fut prisonnier durant la dernière guerre et qui ne manque aucune cérémonie.

Même s'il est sans doute incongru d'employer cette expression, la cérémonie a obtenu un beau succès. Même le curé était là, la preuve....

Compte tenu du temps on pouvait craindre le pire et les Montchaninois sont venus avec une large diversité de générations la meilleure preuve étant le nouveau porte drapeau du « souvenir français » dont il est aisé d'avancer qu'il n'a et espérons qu'il ne sera jamais confronté à la guerre.

C'est donc en présence d'un nombreux public, des représentants de la Gendarmerie, d'une très nombreuse délégation des sapeurs-pompiers et des jeunes sapeurs-pompiers des élus locaux et des villages de l'ancien canton et des musiques de la BFE et de l'harmonie municipale que cette commémoration s'est déroulée suivant le canevas habituel si ce n'est les intervention de 5 jeunes élèves du collège.

A la suite du dépôt de gerbe, Madame PORTE de l'Union Fédérale locale a lu le message de l' UFAC suivit par les 5 collégiens dévoilant diverses correspondances de « poilus » englués il y a un siècle dans les opérations militaires . Le Maire lui, ne fit pas preuve de plus d'originalité qu'à l'habitude en se bornant à communiquer le message du Ministère.

Pour cette commémoration lourde en émotions, les deux musiques ont interprétées les sonneries réglementaires et l'hymne national après le respect d'une minute de recueillement.

A titre personnel je me félicite d'une telle présence en espérant qu'elle perdure et j'ai été ravi de retrouver Jean JARLOT Chevalier de la Légion d'Honneur à titre militaire, déporté à la suite d'une dénonciation pour fait de résistance lors de la dernière guerre et par ailleurs mon ami qui, comme moi habitait le Bois-Bretoux et qui m' y a vu grandir.




Anne-Marie PORTE.

Les...

...cinq...

...collégiens.

Marcel MENA, un ancien d'Indochine.

au centre, le jeune porte drapeau du souvenir Français.

Jean JARLOT en compagnie de sa fille.

Les délégation de la Gendarmerie et des Sapeurs-pompiers.




                 Conception & Design : Desilog ©