5 visiteur(s) connectés.    4831681 articles vu                   

Comme au temps d'Henri IV.
Les Puces de Bourgogne s'installent dimanche.

Dans 3 jours, nous en serons au second dimanche de février et, qui dit chaque mois second dimanche dit également « Puces de Bourgogne du Sud ».

Il n’y a aucun « scoop » dans ce préambule tant il est vrai que depuis des années, chacun à MONTCHANIN le sait et pas d’ailleurs qu’à MONTCHANIN si on en juge aux plaques d’immatriculations observées ces jours-là.

Chaque début de mois, l’incertitude règne concernant la météo. En février sans doute un peu plus encore que d’autres, car il constitue une charnière entre l’hiver qui, en principe est sur le déclin et le printemps qui se profile et sera effectif dans quelques semaines. Fera-t-il un temps acceptable ou vivra-t-on une journée pourrie ? Froid et sec, à la condition bien sûr que la température ne soit pas trop négative et les exposants seront bien présents, pluvieux et venteux, beaucoup resteront à la maison.

Les organisateurs font avec et s’adaptent. En fait, il n’existe qu’une seule certitude lorsque on envisage d’aller « aux puces », c’est qu’en cours de matinée et au moment du déjeuner, les assiettes seront fumantes et bien garnies. Avouez que c’est un élément de nature à balayer les hésitations.

Puisant dans ses origines de l’autre côté des Pyrénées, CARLOS a emprunté son menu au plus fameux des Rois de NAVARRE avant de régner sur la France sous le nom d’Henri IV. « Le roi Henri voulait que chaque dimanche les Français mettent la poule au pot. Dimanche, le plat du jour sera donc une poule CARLOS IV » me dit René CHAVET, précisant que cela n’avait encore jamais été fait et que ce plat était en adéquation avec l’actuelle météo. « Bingo ! » Il est vrai qu’en ce début février on a plus envie de déguster une poule au pot qu’une salade niçoise et il est prévisible que les amateurs seront nombreux.

Tout ceci ne peut faire oublier l’objet de cette journée, la brocante et son florilège d’objets de tous genres. En janvier, les quelques exposants avaient pour beaucoup un point commun, ils proposaient des outils de jardin « vintages » qui seront bien utiles pour les jardiniers amateurs car dans 3 à 4 semaines, il faudra travailler la terre. On peut penser que dimanche, l’offre sera forte dans ce domaine comme dans d’autres d’ailleurs. Donc, une promesse de passer d’agréables instants de « chine » en croisant famille et amis avant, soit de prendre la direction du « Mont’ch » et se mettre les pieds sous la table, soit de rentrer « at home » en ayant effectué de bonnes affaires. De quoi redonner le sourire à Madame si vous avez loupé l’heure.



                 Conception & Design : Desilog ©