8 visiteur(s) connectés.    4831623 articles vu                   

Dimanche, plus qu'une cérémonie, un acte citoyen.


A une époque où on peut prétendre que beaucoup de nos jeunes compatriotes pensent qu’après qu’ils aient cassé le vase de SOISSON où ? ils ne se souviennent pas trop, Charles MARTEL a vaincu les ALLEMANDS à AZINCOURT mettant ainsi fin à la seconde guerre mondiale, il ne parait pas inutile que beaucoup d’entre eux assistent ne serait ce qu’une fois l’an à l’une des quelques cérémonies se déroulant chaque année devant le monument aux morts histoire de procéder à ce qu’en informatique on nomme, une mise à jour.

Mais encore faut il que leurs parents les y encouragent et sans bien sur créer  un conflit entre générations en me lançant dans un discours de « vieux con » je prétends, considérant que les élèves de primaire et du collège  ont des parents à peine où légèrement plus que trentenaires,  que ce n’est pas gagné car déjà à leur époque l’éducation nationale proposait une histoire contemporaine édulcorée par rapport à ce que leurs propres parents avaient étudié.

Aussi, rejoindre en famille, demain dimanche à 11 h 30 la Place Roger SALENGRO ne sera pas inutile puisque les associations patriotiques, les élus et d’autres personnes n’étant dans aucune de ces catégories mais pour qui, la défense du drapeau bleu blanc rouge à un sens, célébreront le 71ème anniversaire de la fin de la seconde guerre mondiale. Il n’est pas inutile de rappeler que les 6 années de conflit à travers le monde ont, suivant les estimations, fait de 50 à 70 millions de morts dont 40 à 52 millions de civils et 5 millions de morts en captivité.

La FRANCE en déplore 567 600  et elle a été particulièrement généreuse avec ses colonies dont les ressortissants venus du Maghreb ou du plus profond de l’Afrique Noire, ont été 217600 à ne pas retrouver leurs familles. Il ne me semble pas inutile de le rappeler à un moment où dans notre pays ces populations sont devenues des « boucs émissaires » dans bien des domaines….

A MONTCHANIN, peu de personnes peuvent désormais témoigner de ce qui s’est passé au cours de cette guerre. Mon ancien voisin et ami Jean JARLOT venant de le faire récemment sur l’antenne de France 3 Bourgogne comme, en compagnie de René son frère décédé il y a un an ils l’avaient fait le 24 juin 2011 devant les élèves de l’école à SAINT JULIEN SUR DHEUNE et celle du Bourg à ECUISSES baptisées de leur deux noms.

Cela me permet de revenir au fait que Jean était un « ado » de 18 ans lorsqu’il accompli ses premiers sabotages qu’à son âge, lui comme son frère et leurs « copains » depuis décédés l’ont fait en toute connaissance de cause sachant ce qui s’était passé 20 ans auparavant lors de la « guerre de 14 ». Ils savaient donc pertinemment le sort qui leur réserveraient les  Allemands s’ils se « faisaient prendre » ce qui ne les empêcha pas, désireux de redonner son âme à cette France collaborationniste et, fidèles à leurs idées de rejoindre les FTP (Francs tireurs et partisans) mouvement de résistance classé à gauche.

Par respect à Jean JARLOT et Gilbert PIGEAT et les rares survivants au conflit, en mémoire de René JARLOT, André BRETON, Grégoire GONZALEZ, Gabriel JOURNET, Roger LAROZE, Roger NECHITCH , Claude ROUSSELOT, Joseph LE GLOAHEC  tous décédés et ayant les uns et les autres, œuvrés pour que notre pays ne s’effondre pas sous la botte Nazie plus qu’il ne l’était lorsqu’ils ont pris les armes, se recueillir une demi heure face au monuments aux morts ne doit pas être une contrainte mais un acte citoyen dont personne ne doit s’affranchir.

H.M




Photo empruntée au livre de Jean et René JARLOT.
                 Conception & Design : Desilog ©