5 visiteur(s) connectés.    4839508 articles vu                   

Puces de Bourgogne: Une édition qu'on voudrait printanière....mais....


Le temps actuel et les prévisions météo faisant, le dimanche qui arrive reste incertain quant à la possibilité d’arpenter les artères de la ville en « bras de chemise » comme certains il y a deux ans (ma photo). Certes, tout peut arriver, mais comme moi vous l’aurez constaté, les prévisionnistes se trompe pas autant lorsqu’ils annoncent du mauvais temps que l’inverse…

Carlos, lui, se réfère souvent aux prévisions de Météo France mais pas qu’afin de savoir comment, chaque mois il installera les puces, donc pas seulement pour son coté matériel. Depuis le temps, chacun sait bien que  chaque édition certes est en premier lieu le rendez vous des affaires dans le sens populaire du terme et non comme celles qui nous interpellent désormais quotidiennement comme celle des « panama-papers » en ce moment. Rien, entre vendeur et chineur n’est dissimulé et d’un coté à l’autre des étalages on parle vrai pour aboutir à des ventes satisfaisantes pour les uns et les autres. Et puis, comme j’écris « en premier lieu » c’est donc qu’il y en a au moins un second et celui-ci est également très prisé puisqu’étant celui de la gastronomie style « bistrot » et chaque mois, les cuisines du « Mont’ch » proposent une recette qu’on trouve rarement par ailleurs. D’où l’intérêt de connaître par avance le temps qu’il va faire pour y adapter ce que le marché propose.

Pour ce prochain dimanche, Carlos en proposant une « queue de bœuf aux oignons et à la coriandre » allie le marché et le jardin puisque la coriandre proviendra du petit potager attenant à la bâtisse. Comme chaque mois, les Puces de Bourgogne du Sud, seront le rendez vous à ne pas manquer et qui sait, la prochaine le 8 mai sera peut être la première en bord d’étang.



                 Conception & Design : Desilog ©