8 visiteur(s) connectés.    4831614 articles vu                   

Dans le conflit avec les "carpistes" la position de l'AAPPMA LA FLOTTANTE.


Comme je l’ai indiqué dans mon précédent article, concernant  ce qu’il faut bien appeler un conflit opposant le club Montchaninois,« CARPE PASSION 71 » à l’AAPPMA «  LA FLOTTANTE » il m’est apparu important de donner la parole aux deux parties puisque, informé par le club je ne disposais que de sa version des faits. C’est pourquoi malgré une totale absence de relations entre l’AAPPMA, je l’ai contacté afin de recueillir les raisons l’ayant conduit à n’accorder que 50% des demandes des « carpistes » concernant les pêches de nuit.

De cet entretien très cordiale, je ressens le fait que contrairement à « CARPE PASSION » qui argumente sa position sur la ressource halieutique l’AAPPMA elle place les divergences principalement sur le relationnel.

Dans un document qui me fut remis comme il doit être envoyé au journal ayant commis un article sur l’assemblée générale des « carpistes » et ayant titré dans ce sens, l’AAPPMA par la main de son Président  se défend de vouloir les « anéantir » et elle explique que la décision de son conseil d’administration d’autoriser la pêche de nuit un week-end sur deux au réservoir de MONTCHANIN ou à LA CORNE AUX VILLAINS permet aux pêcheurs de passer des nuits le long des berges chaque fin de semaine. En outre, l’AAPPMA précise qu’en 2015 elle a augmenté la longueur du parcours de l’étang de MONTCHANIN dont elle accorde la jouissance de la totalité lors des « enduros ». Et elle n’exclue pas d’accorder l’installation de poste de pêche de nuit le long de l’allée des soupirs si les « carpistes » souhaitent rechercher les poissons dans les enrochements.

Toutes ces dispositions vu du coté de LA FLOTTANTE  sont favorables à une bonne entente si, à ses dires, il n’y avait des problèmes de cohabitation le long des berges. Ainsi, précise t elle : « LA FLOTTANTE est bien consciente que la majorité des membres du club « carpistes » est respectueuse du règlement de la pêche de nuit et des limites de sa zone mais, quelques irréductibles (pas forcement  du club ) ne respecte pas le règlement en vigueur (rappel du vendredi après midi au lundi matin) et le mode de pêche des autres pêcheurs. »  et elle ajoute « LA FLOTTANTE ne peut accepter que des pêcheurs exerçant en face de la zone de pêche de nuit soient copieusement arrosés de noms d’oiseaux. La pêche en éventail pratiquée par certains limitent voir privent complètement l’accès entre 2 postes à d’autres mode de pêche (carnassiers, friture etc…)

L’AAPPMA se montre consciente que cette pêche attire de plus en plus les jeunes en admettant qu’il doit être agréable de se retrouver pour passer de bons moments. Mais elle ajoute qu’il faut montrer à ces jeunes, respect et courtoisie. Et pour cela, elle brandit  «  les 7 commandements du club « CARPE PASSION 71 »et notamment ses 3 premiers articles prônant courtoisie et respect des autres. Elle privilégie le dialogue plutôt que le conflit ne serait ce que verbal.

Mais elle avertit : « Le comportement de chacun va jouer sur le maintien ou le retrait de ces restrictions ! ». Poursuivant, l’AAPPMA affirme que la pêche de nuit peut pénaliser les autres pêcheurs qui, par exemple, arrivent une demi heure avant le lever du soleil et qui, ayant choisi un poste »pour tous » ne peut y accéder. Et à titre d’exemple elle ajoute que « si une équipe de « carpistes » arrive le vendredi après-midi, s’installe, pêche la nuit et continue le lendemain matin avec en plus une pêche en éventail, on doit bien reconnaitre que le poste peut être occupé en « non stop »et limite l’accès aux autres pêcheurs ne pouvant exercer de nuit. » Et de conclure : «  ce sont les derniers arrivés qui cèdent le terrain…. »

Et elle avertit : « LA FLOTTANTE va observer le comportement de tous les pêcheurs et en tirera les conclusions ».  Elle demande également  de ne pas comparer la pêche à la carpe et celle des carnassiers dans la mesure où les pêcheurs de ces derniers n’amorcent pas comme le font les « carpistes » ce qui leur confère une mobilité favorisant la pêche aux leurres. Mais ceux, préférant la pêche aux vifs sur l’allée des soupirs sont vite sur des postes déjà occupé par des « carpistes » pourtant installés sur la berge en face et qui viennent traquer les poissons dans les enrochements de ce coté de l’étang. D’où la nécessité d’un dialogue du respect  de l’autre.

Sans citer l’analyse de CARPE PASSION relative à l’épuisement des ressources de carnassiers, LA FLOTTANTE en quelques sortes s’en exonère en précisant qu’elle a déversé 300 kilos de Brochets ainsi que 300 Sandres de 14 centimètres. Elle exprime le souhait que quelque soient les modes de pêche, chacun puisse pleinement profiter des plans d’eau et ce, en s’appuyant sur les conclusions de la récente Assemblée Générale  pour que la saison 2016 se déroule au mieux pour tout le monde dans le respect des divers modes de pêche et en évitant le principe du « tout m’est du et m’appartient… ».  Elle y ajoute un appel au civisme afin que le bord de l’eau soit un lieu de détente pour tous et non un lieu de conflits. Et elle prévient : «  Ayons un comportement responsable afin de ne pas augmenter les restrictions… ».

NDLR :

Si, je ne peux qu’être en phase avec tout ce qui peut éviter les conflits, je ne peux véritablement penser qu’on en est sur ce chemin. En effet, on a d’une part des « carpistes » se sentant lésés dans  la pratique de leur méthode de pêche, qui abordent la gestion de la ressource halieutique de manière presque scientifique et qui s’estimant incompris annoncent qu’ils se tournent vers la Fédération Départementale afin de l’informer  sur une gestion calamiteuse selon elle des populations de carnassiers.

Face à elle, une AAPPMA qui en réponse à cette critique de gestion oppose un alevinage  en Sandre et Brochets et qui, au plan de la cohabitation entre modes de pêches pense qu’une restriction telle qu’elle a été mise en place pour 2016 peut constituer une solution.

Et  de plus elle avertit que les « carpistes » sont sous surveillance et que de leur comportement il y aura retour en arrière où accentuation de ces restrictions.Si ce n’est pas du chantage, çà y ressemble fortement….

Comme l’AAPPMA, je partage le souhait que la pêche, quelque soit les techniques misent en œuvre puisse se pratiquer dans la sérénité et la tranquillité  mais  je m’interroge sur ce que l’AAPPMA dit elle-même selon lequel les conflits sur le terrain pourraient provenir de pêcheurs n’appartenant pas à l’AAPPMA ou clubs locaux mais dont les « carpistes » seraient tout de même redevables..

Lors de mon entrevue vendredi dernier, j’ai émis l’idée  que l’AAPPMA demande aux municipalités aux gardes  de la société ou fédéraux ainsi qu’aux forces de l’ordre de procéder à des contrôles  qui m’a-t-on répondu sont impossibles…

J’ai également suggéré que la « presqu’ile » pomme de discorde soit par une information  sous forme de panneaux  mise à disposition des « carpistes » une semaine sur deux sans que l’ensemble du parcours n’en soit affecté. Cela n’a  pas suscité le moindre intérêt chez mes interlocuteurs.

A chacun de juger et ayant donné la, parole aux deux parties,  je laisse les deux articles à votre réflexion.

 

H.M

 



                 Conception & Design : Desilog ©