3 visiteur(s) connectés.    4514469 articles vu                   

Président de la FNACA à SAINT EUSEBE, Roland DUCLOUX reçevra demain 19 mars la Médaille Militaire.


Comme la quasi totalité de ceux qui ont entendu les balles siffler autour de leur tête, Roland DUCLOUX n’aime pas trop en parler. Mon grand père maternel qui avait fait VERDUN en 14 était déjà comme ça…

Président de la section FNACA de SAINT EUSEBE, Roland  DUCLOUX demain 19 mars en début d’après midi va, devant ses pairs, de nombreux drapeaux et face au mémorial départemental de BLANZY, recevoir la Médaille militaire. Et il a de bonnes raisons d’être tardivement honoré. Il y a en effet 58 ans, c’était en novembre 1957, ce jeune garçon à peine sorti de l’adolescence quittait papa, maman et frangin pour embarquer en direction de BONIFACIO, incorporé dans le 3ème BTA (Bataillon de Tirailleurs Algériens ». Il n’ignorait pas que quelques mois plus tard il embarquerait une seconde fois pour rejoindre l’Algérie et y être confronté à un conflit qui avait débuté 3 ans plus tôt. De fait, le Bataillon auquel il appartenait étant ensuite devenu le 22ème RTA lorsqu’il arriva sur les rives sud de la Méditerranée, fut engagé dans les AURES, au milieu de nulle part avec des tentes pour seul hébergement.

Trois semaines après son arrivée sur site, le 8 mars 1958, il fut engagé au feu dans un contexte assez particulier. Rien en dur pour se protéger, et parfois quelques « half tracks » (véhicules avec l’essieu arrière sur chenilles et légèrement blindés). Les conditions d’existence n’étaient pas faciles et les accrochages avec l’adversaire très fréquents. De plus, il régnait au sein de ce régiment une ambiance vraiment particulière liée au fait que de nombreux soldats étaient eux-mêmes Algériens. «  On a connu de nombreuses désertions » m’indique Roland ajoutant : « Une fois, il nous est arrivé de constater des désertions durant la nuit et de retrouver deux corps…. »

Pour une durée globale d’incorporation de 28 mois, Roland DUCLOUX passa les 6 derniers à proximité de la frontière Tunisienne derrière laquelle les combattants Algériens se retranchaient. « C’était feu d’artifice tous les soirs et notamment au cours de la nuit de NOËL 1959 » nous confie –t-il. Et il affiche une réelle émotion en se souvenant avoir « perdu de bons copains… ».

Il y aurait bien des choses à ajouter, mais Roland DUCLOUX exprime une certaine pudeur, par exemple concernant des pratiques d’interrogatoires  dont il entendit parler et qui ont terni l’image de l’armée Française.

Après 28 mois passés avec le chapeau de brousse et les « Pataugas », Roland rentra en France en 1960. La conséquence ? Son frère André, en quelque sorte en « réserve de la République » incorporé en Allemagne fut à son tour envoyé outre Méditerranée mettant une seconde fois « maman et papa » DUCLOUX dans l’angoisse.

Roland retrouva son emploi aux usines SCHNEIDER à la moyenne forge avant de terminer sa carrière professionnelle aux laminoirs.

Il recevra donc demain, à l’occasion du 53ème anniversaire du « cessez le feu » en AFN la Médaille Militaire des mains du Délégué Militaire départemental. Deux autres « anciens d’Algérie » seront dans ce cas. Il avait déjà reçu la croix de la valeur militaire qui lui avait été attribuée en AFN « 2 mois avant la quille… » mais qui ne lui avait été remise que beaucoup plus tard devant le monument aux morts à MONTCHANIN.

Quel enseignements Roland tire t il de tout cela ? : « Plus de deux années de jeunesse perdues pour une grande gabegie… ».

Loin d’avoir oublié ce vécu, Roland perpétue à sa manière l’amitié qui a règne sur les théâtres d’opération et qui règne toujours entre « anciens d’Algérie » en Président la section FNACA se SAINT EUSEBE.

Je n’éprouve donc aucune difficulté pour me joindre à ses copains et lui adresser toutes mes félicitations.

Le 18.03.2015 à 10 h 35.

Hervé MICHALCZAK.



                 Conception & Design : Desilog ©