3 visiteur(s) connectés.    4717319 articles vu                   

Avec le décès de Jean-Paul LABEYRIE, c'est la série noire qui continue au Stade Montchaninois.


La série noire se poursuit parmi les anciens joueurs ayant fait les heures de gloire du Stade Montchaninois, puisque, après Jean-Claude CATTANI la semaine passée, Bernard BURQUIER vient de nous informer du décès de Jean-Paul LABEYRIE « bipuss » comme il était familièrement appelé.

Originaire du Pays Basque, Jean-Paul est arrivé seul et très jeune à MONTCHANIN et il aura été en quelques sortes le 4 ème petit fils « adoptif » de Grand-Mère SOULA et de Léopold son mari, qui l’hébergèrent durant de nombreuses années. Jean-Paul démarra donc sa carrière sportive au sein des équipes jeunes avant de rejoindre les seniors où il fut un acteur majeur de l’attaque Montchaninoise.

C’était un temps, où la ligne de ¾ se plaçait à plat lorsque l’adversaire était à l’attaque et en profondeur lorsque c’était elle qui était à l’offensive. Et lorsque nous écrivons en profondeur, c’était en profondeur, avec 20 bons mètres de différence de  décalage de placement sur le terrain entre les deux ailiers….A l’époque lorsqu’un ¾ armait une passe, il envoyait le ballon 1,50 mètres devant son partenaire qui était obligé d’accélérer s’il voulait s’ en emparer  et le captait donc en pleine vitesse. Les attaquants étaient la plupart capables de déborder leur vis-à-vis  sur leurs seuls appuis, pour les passes croisées, un centre ou un ailier venaient se placer dans le dos du porteur du ballon et se saisissaient de celui ci  lorsqu’il croisait son partenaire . Les renversements d’attaque étaient choses courante, les cotés fermés également…Alors, les chistéra faisant se lever d'enthousiasme les  actuels commentateurs…..

Jean-Paul fut généralement associé au centre avec Jean-Pierre DESTANDEAU, lui aussi malheureusement disparu et les deux compères donnèrent souvent le "tourni"aux  défenses adverses. Pourtant, sa plus belle heure de gloire, « Bipuss » l’obtint avec le n°10 dans le dos et c’était lorsque, devant près de 4000 personnes, le Stade se paya le scalp de l’AS BEZIERS. Face aux inamovibles champions de France de l’époque, les « ciel et blanc » l’emportèrent 16 à 12 après avoir mené 12 à 3 à la pause.

On jouait la 21ème minute et le score en était à 3 partout, lorsque, à la suite de remise en touche de Giuseppe CUZZOCREA, Enzo BAGNAROL sauta plus haut que tout le monde, un « déroulé d’avants » se forme la balle se passe au contact pour atteindre l’axe du terrain, le ballon est donné à CATINOT qui sert Jean-Paul LABEYRIE  ce dernier « claquant » un drop permettant à son équipe de prendre des commandes qu’elle ne lâchera plus…

A la fin de sa carrière sportive au Stade, Jean-Paul LABEYRIE qui avait longtemps travaillé chez JACQUART et, comme nous tous « hanté » le Cabaret Auvergnat » après les matchs, s’expatria à CHAROLLES où un club était en gestation, faisant  à MONTCHANIN, le malheur de beaucoup de jeunes filles pas insensibles à son physique, sa gouaille, sa maitrise des "slows" et son accent chantant du Sud Ouest….

C’est dans son SUD OUEST qu’il sera inhumé vendredi au cimetière de BAYONNE.

Le 09.06.2014 à 23 heures 25.

Hervé MICHALCZAK.

Notre photo :

Jean-Paul LABEYRIE entre Alain FERROU et Jean-Claude SOULA



                 Conception & Design : Desilog ©