4 visiteur(s) connectés.    4352396 articles vu                   

Luttez contre la précarité : VOTEZ !


Soyons réalistes, l’élection annoncée dimanche prochain de Monsieur Edouard MARTIN fera faire de sérieuses économies aux contribuables. L’ex délégué CFDT qui, après avoir installé à FLORANGE une pierre tombale au nom de HOLLANDE comme il l’avait déjà fait pour SARKOZY, est par le plus grand des hasards, ci devant tête de liste PS de notre circonscription. On se demande ce que cet homme de conviction aurait fait si l’offre lui avait été faite par l’UMP ?  

Mais de coté  la place était déjà prise par Nadine MORANO qui, à juste 50 ans, n’est plus au plan  de la politique et des élections ce que son nom de naissance modifié par décret en 1976 laisserait supposer.  Elle qui, après s’être fait à chaque fois éjectée lors des dernières élections  avait laissé la France dans la tristesse  elle-même entrant dans le besoin . Malgré ces aléas de la vie, Nadine s’apprête à se sacrifier une fois encore pour le pays ….

Licencié après la fermeture des hauts fourneaux par ARCELLOR MITTAL Edouard MARTIN était donc indemnisé par les ASSEDIC donc par le contribuable. Très conscient sans doute de la charge  qu’il constituait pour le contribuable, et c’est sans doute en un rien de temps et au prix de nombreux cours du soir de formation professionnelle, qu’il est semble t il devenu un spécialiste européens dont désormais BRUXELLES ne saurait se passer.

Le médiatique Edouard  visiblement décidé à prendre tous les risques s’apprête donc à quitter le confort des indemnités versées chaque mois à la condition toutefois de mettre sa situation à jour sur la même fréquence, quelle contrainte ! pour se lancer dans une aventure aléatoire, sauf, second hasard au plan financier. Jugez par vous-même ce que sera la vie de ce  futur miséreux.

 

Une indemnité mensuelle de 6.250 euros

Allemands, Français, Italiens ou Danois, les députés au Parlement européen reçoivent tous une rémunération identique. Sauf les Britanniques. Elle s'élève, avant imposition, à 8.020,53 euros par mois très précisément en 2014.

Après impôts et autres cotisations obligatoires, cette indemnité fond à 6.250,37 euros par mois. Soit plus que l'indemnité d'un sénateur ou d'un député en France (5.388 euros). Indemnité qui est évidemment soumis à l'impôt sur le revenu.

304 euros en plus par journée travaillée

Le Parlement européen fait tout pour encourager les députés européens à travailler.

Lors des périodes d'activité - 4 jours par mois environ pour les seules séances plénières - le Parlement verse une indemnité forfaitaire de 304 euros par jour à chaque député pour couvrir tous ses frais pendant son séjour à Strasbourg ou à Bruxelles. Un geste qui permet aux élus de récupérer, s'ils sont assidus, la bagatelle de 1.216 euros par mois en moyenne pour seulement siéger.  

Cette indemnité est également versée les jours de commissions, là où s'effectue l'essentiel du travail parlementaire. Ce qui fait que cette enveloppe peut vite grimper à 2.500 euros par mois. 

Pour toucher cette somme, les députés doivent signer un registre de présence. Et s'ils ne prennent pas part à la moitié des votes en séance plénière, ils se voient amputer de 50% de cette somme.

4.299 euros pour ses frais d'élu

Pour couvrir les frais de leurs mandats, chaque député perçoit en plus de son indemnité classique et de ses possibles indemnités journalières, une indemnité de frais généraux fixée à 4.299 euros par mois.

Sur cette somme, le député doit pourvoir, dans son Etat d'élection, à tous ces besoins d'élu (bureau en circonscription, frais de téléphone, équipements informatiques...). S'il ne siège pas à la moitié des séances plénières d’une année parlementaire, cette indemnité est automatiquement rabotée de 50%

 Tous ses déplacements seront remboursés

Venir à Strasbourg ou à Bruxelles coûte de l'argent. Aussi, le Parlement européen prend en charge les déplacements d'un député de sa circonscription au siège du Parlement.

Sur présentation des pièces justificatives à concurrence du prix du billet d'avion en classe affaires, du billet de chemin de fer en première classe ou d'un forfait de 0,50 euro au kilomètre pour les trajets en voiture, le Parlement européen rembourse les frais de déplacement d'un député.

Péages et autres frais sont également pris en charges. 

 4.243 euros de frais de voyages par an

Les députés doivent souvent voyager à l’extérieur de leur État membre d’origine dans l’exercice de leurs fonctions, mais sans caractère officiel (réunion de travail, rapport parlementaire?).

Dans ce cas, les députés européens peuvent présenter une facture au Parlement pour se faire rembourser leurs déplacements, leur hébergement et les dépenses connexes. Remboursement plafonné à 4.243 euros par an. 

Trois assistants parlementaires au maximum.

Edouard MARTIN devient en quelques sortes chef d’entreprise. A lui d’appliquer la convention collective….

Pour mener à bien leurs missions parlementaires, les eurodéputés sont secondés par des assistants parlementaires.

Les députés disposent d’une enveloppe mensuelle de 21.209 euros pour les rémunérer. Un eurodéputé peut avoir jusqu’à trois assistants parlementaires accrédités.

Une retraite convenable

Dès 63 ans, les anciens députés ont droit à une pension d'ancienneté. Celle-ci s'élève, pour chaque année complète d'exercice d'un mandat, à 3,5% de la rémunération sans toutefois dépasser au total 70 %.

 

Une immunité parlementaire

Au même titre que les députés et les sénateurs, les députés européens français bénéficient d'une immunité parlementaire.


Et puis donc comme nous l'écrivons plus haut, il y a Nadine MORANO une des sémillantes figures de l’UMP et bien d'autres encore tous, c'est juré soucieux du bien être de leurs concitoyens et qui pour la plupart ont déja fait leurs preuves, qui souvent se sont fait virés et à qui les partis offrent une séance de rattrapage....
Avec de telles compétences, plus besoin d’experts.



                 Conception & Design : Desilog ©