3 visiteur(s) connectés.    4702157 articles vu                   

MONTCHANIN S'incline à COUCHES 6 à 16. Un jeu mal récompensé.


A COUCHES Stade Henri LEVITTE : CS COUCHES bat Stade MONTCHANINOIS 16 à 6. Mi temps 6 à 0 pour COUCHES. Pluie quasi incessante. Pelouse boueuse, Arbitre Monsieur DIURITCH (Lyonnais) Directeur de jeu M. PIERRE (Bourgogne). 600 à 700 spectateurs.
Les points : COUCHES. 1 essai collectif (76), 1 transformation et 3 pénalité de CHAVANTON ( 6,24,68).

                      MONTCHANIN. 2 pénalités de POURPRIX (28), CHARLEUX (68).

Cartons : à COUCHES  blanc à ROIZOT et jaune à DESMAIZIERES.

++++++++++++++++++++++++++++

MONTCHANIN : 1 E. PEPIN, 2 RAYNAL, 3 BENEY, 4 MARLOT, 5 C. PEPIN, 6 Y. FAVIOLE, 7 LEDDA, 8 O. FRIBOURG, 9 POURPRIX, 10 TURISINI, 11 CHARLEUX, 12 S. FAVIOLE, 13 CONTASSOT, 14 K. FAVIOLE, 15 BOUCAUD, 16 MULBACH, 17 BATISTE, 18 PACOREL, 19 SORRET, 20 CHARLEUX, 21 AVY, 22 CASTAIGNEAU.

+++++++++++++++++++++++++++++

Si, au Rugby, les équipes qui envoient du jeu gagnaient à chaque voyage, ça se saurait et les Montchaninois qui pratiquent habituellement dans ce registre en ont fait la malheureuse expérience face à une formation Couchoise dont la première mi temps ne s’est résumée qu’à deux ballons portés ne leur ayant rien apportés de plus que les deux pénalités concédées par un pack Montchaninois à la peine. Le jeu de COUCHES, tout le monde connait. On cache le ballon en le mettant bien au chaud, et, au signal, tout le monde pousse, pousse encore avec comme seul souci de se préoccuper de la distance restant à parcourir avant la ligne adverse. Si ça marche, c’est au minimum 5 points, sinon c’est souvent 3 la botte de Franck CHAVANTON palliant l’inefficacité des avants.

MONTCHANIN a ce samedi continué dans son scénario habituel, porter le jeu dans le camp adverse et tant BOUCAUD que TURISINI puis CHARLEUX s’en sont chargés et dès que cela fut possible, on élargi les débats, si possible jusqu’aux ailiers et cela aurait pu, pardon aurait du marcher.

 Le match vient à peine de démarrer que COUCHES forme un premier ballon porté qui échoue aux pieds des perches Montchaninoises, mais la pénalité sanctionnant une faute visiteuse permet à CHAVANTON d’ouvrir la marque.

Les Stadistes, cueillis  à froid, se ressaisissent et obtiennent à leur tour une première pénalité, mais de 50 mètres et vu l’état du ballon, le but de TURISINI passe sous la barre.

Les intentions « ciel et blanche » sont évidente, on tentera tout pour déborder une défense locale pouvant être défavorisée et, par l’état du terrain lorsqu’il s’agit de prendre des appuis ou d’échapper le ballon à la suite de coup de pieds. TURISINI toujours prêt à allumer des mèches, s’enfuit coté fermé  et sert au pied CHABEUF qui confisque le ballon à l’arrière Couchois, on « cafouille » un pu, ce qui permet à la défense de se ressaisir et à TURISINI d’hériter d’une pénalité bien placée qui, pourtant passera à gauche (12).

Les Stadistes alignent alors les temps forts et le N°9 en remet une couche simplement 2 minutes plus tard, avec une nouvelle fois CHABEUF envoyé au charbon. On croit qu’il va réussir à s’extirper des bras du dernier défenseur alors qu’il ne lui reste que 5 mètres à parcourir mais « le blond » n’y parviendra pas, pas plus que PEPIN venu en soutien écroulé sur la ligne sans pouvoir lui faire franchir le ballon (14). Les Stadiste appuient tentent tout ce qui est possible un drop s’avérant sans résultat (20).

COUCHES a eut chaud, très chaud mais parvient à desserrer l’étreinte pour à nouveau investir le camp Montchaninois et y obtenir une pénalité que le montant gauche renverra (21). Les Couchois sont mieux dans leur  peau et un nouveau maul fait du dégât  chez les Stadistes la sanction étant immédiate avec la seconde réussite de CHAVANTON. Pour autant, COUCHES ne démontre pas avoir pris la direction du jeu, bien au contraire les envolées visiteuses étant souvent arrêtées à grand peine, au prix de fautes aussitôt sanctionnées ce qui permet à POURPRIX de resserrer le score à 20 mètres dans l’axe. Double sanction pour les « noir et blanc » puisque DESMEZIERES est invité à aller se reposer 10 minutes. COUCHES, courbe l’échine, seul le Stade fait le jeu et se montre à nouveau dangereux et c’est sur une dernière attaque lors de cette première période amorcée coté gauche avec BOUCAUD intercalé n’apportant aucun résultat que l’arbitre siffle le mi temps.

 La seconde période sera du même tonneau avec des Montchaninois ayant des fourmis dans les jambes et des Couchois n’ayant pas de véritable schéma à proposer, sinon provoquer les visiteurs par un jeu balle debout. Plusieurs occasions d’égaliser s’offrent alors aux Stadistes déjà avec une pénalité passant à droite (42) et un drop de CHARLEUX ne s’élevant pas dans les minutes qui suivent. Les très nombreux supporters Montchaninois se disent avec juste raison que ça va bien finir par passer, mais, en fait, il n’y a que le temps qui passe et qui s’écoule au détriment de l’équipe d’Olivier FRIBOURG. De temps à autre, COUCHES a un sursaut comme lorsque CHAVANTON tente une pénalité de 50 mètres et qui s’avère courte (57). Cela démontre que l’équipe locale n’est pas vraiment en confiance et qu’elle a décidé de « prendre tous les points » qui s’offrent.

MONTCHANIN appuie toujours et  se voit offrir une occasion après l’amorce d’une offensive coté droit qui échoue à cause d’un en avant (57). Mais c’est surtout 5 minutes plus tard que l’immanquable est manqué. Nouvelle attaque coté droit. La défense locale panique et Stève FAVIOLE s’infiltre et près à être repris, il insiste pourtant alors qu’à sa droite son ailier est démarqué. La passe qui s’imposait n’est pas faite et l’action avorte.(64) Deux minutes plus tard, bis repetita mais cette fois coté gauche le débordement réussi et l’ailer marque mais l’arbitre refuse l’essai pour un en avant et revient à une pénalité accordée aux stadistes pour hors jeu local. CHARLEUX ne manque pas la cible et à moins d’un quart d’heure la pression est désormais sur les épaules « noir et blanche ». Pourtant, COUCHES ne mettra que 3 minutes à rétablir la situation Franck CHAVANTON réussissant sa troisième pénalité.

Voila donc les Montchaninois à nouveau derrière mais 3 points ce n’est pas grand-chose et après tout, COUCHES n’a pas démontré de capacités d’aller marquer. A ce moment là oui ! Mais quelques minutes plus tard  cette équipe par un ballon porté durant 25 mètres assure sa victoire. Cette réussite n’a rien d’un scénario pré établi mais est la conséquence d’une balle un peu cafouillée par Thomas AVY dans les 22 mètres locaux et leur revenant dans les mains.  CHAVANTON transforme et MONTCHANIN n’a plus qu’un objectif, assurer le bonus défensif. CHARLEUX en aura l’occasion à la toute dernière minute mais sa boote passe à gauche, privant le Stade d’un minimum qui aurait été amplement mérité.

 

Le début du match a été précédé d'une minute de silence observé à la mémoire de Bruno FLEICHER qui, en fin de semaine a choisi de quitter ce monde. Bruno avait joué au CO CREUSOT, CHALON et MONTCHANIN et avait terminé sa carrière en entrainant CHAGNY.







































                 Conception & Design : Desilog ©