2 visiteur(s) connectés.    6131463 articles vu                   

Les joueurs de pétanque tiennent à leur autonomie.


L’assemblée Générale Ordinaire de la Pétanque Sportive Montchaninoise qui s’est tenue dimanche matin était on ne peut plus importante dans la mesure où, l’avenir et la pérennité du club étaient sur la sellette. En fait, Yohann CASSIER Président en exercice avait émis l’idée d’une mise en sommeil de la PSM tout en fusionnant avec le club ami de SAINT LAURENT D’ANDENAY….

Pour ce qui nous a été rapporté, ce souhait du Président semble ne pas avoir été préalablement partagé, puisque d’une part, Sylvain DZIKI pour l’Etoile Sportive de SAINT LAURENT présent à l’AG et le tour de table de ce dimanche ont démontré que personne, tout au moins pour l’instant n’y est favorable.

 

Les raisons invoquées :

 

Yohann CASSIER a justifié l’idée d’une fusion précédée par une mise en sommeil par le manque d’investissement des pétanqueurs Montchaninois, n’étant pas en capacité de jouer régulièrement et qui, lorsqu’ils s’alignent pour une compétition, sont en mal de performances notamment parce que, avance t il, ils ne s’entrainent pas suffisamment. Cela a été aussi vrai lors des championnats par équipes, qu’en Coupe de France et pourtant, si le club s’est inscrit à ces deux compétitions, c’est en grande partie parce que ce sont les joueurs eux-mêmes qui l’ont demandé. Cette situation n’est déjà pas agréable, mais lorsque, s’y ajoute une sanction financière de 300€ à cause d’un forfait c’est encore plus découragent.

Ce sentiment est partagé par la secrétaire Cathy DEMONFAUCON qui, elle aussi prône un meilleur investissement de l’ensemble des licenciés, avant comme après les concours. Cathy « enfonce encore un peu plus le clou » en priant tout le monde de lui envoyer les cotisations dans les temps et à elle seule.

 

S’appuyant sur le fait que l’unification des deux écoles de pétanque forte actuellement de 13 joueurs et qui a obtenu de bons résultats et a brillé au plan départemental et régional, Yohann CASSIER pense que la fusion avec SAINT LAURENT sera la seule façon de maintenir un club digne de ce nom sur le Canton suggérant que « si l’on attend, cela risque d’être trop tard ».Il indique que sportivement, c’est dans l’intérêt du club de MONTCHANIN de rejoindre celui de SAINT LAURENT D’ANDENAY.

Invité à cette réunion, Sylvain DZIKY ne déborde pas d’enthousiasme pour le projet, indique que son club n’est pas demandeur  pense qu’il est encore un peu tôt, qu’il convient de se donner du temps et qu’on pourrait éventuellement l’envisager mais pas avant 2015….

L’hypothèse de la fusion a sérieusement pris du plomb dans l’aile après « le large tour de table » auprès des joueurs locaux qui majoritairement y sont opposés et eux aussi « demandent à voir… » Et leurs arguments ne manquent pas.

 

Tout d’abord, la démission annoncée de Yohann CASSIER de la présidence est aussitôt résolu avec la candidature de Bernard NEUFOND pour lui succéder. Ensuite, une fusion nécessiterait la mise en sommeil des deux clubs amis et là, SAINT LAURENT n’est pas vraiment disposé à le faire. Ce club indique qu’il n’existe ni soucis d’ordre sportif ni financier. Tout le monde est assidu aussi bien pour les compétitions sportives que pour les activités annexes avec toujours, une ambiance très familiale, une des marques de fabrique de l’Etoile Sportive.

Rien ne sera donc fait cette prochaine saison, et sera rien n’est moins sur, éventuellement débattu lors de l’AG  fin 2014. D’ici là, le toujours Président demande à tous, un plus grand investissement pour pérenniser le club.

Dans une dizaine de jours, une réunion de bureau entérinera la démission de Yohann CASSIER et l’élection de Bernard NEUFOND son successeur.

Au plan financier, Christophe CHATENET présente un bilan équilibré et comme Cathy DEMONFAUCON déplore l’amende de 300€.

Le prix des licences augmente de 2 € s’établissant à 30€ pour les adultes, 10€ pour les féminines et gratuites de 6 ans à 17 ans.

Porteur du projet de fusion, Yohann CASSIER devait se déclarer un peu déçu du peu d’écho reçu mais a apprécié que les échanges entre joueurs ainsi provoqués ont démontré leur attachement à leur couleurs. Il confie, que son souci majeur était d'anticiper les contraintes (finances arbitrage, concours officiels) et la composition des équipes parfois réduites. En outre, il se réjouit d’avoir trouvé un successeur indiquant que pour que la vie associative perdure, il est essentiel d’avoir des personnes prêtes à s’investir.   

A signaler la présence de Daniel ARGOUT le « Lyonnais » venu en ami.







                 Conception & Design : Desilog ©