5 visiteur(s) connectés.    6004015 articles vu                   

Escrime: Ce week-end à HENIN - BEAUMONT une page risque malheureusement de se tourner pour l' Espérance.


Si on en croit le message emprunt d’une évidente gravité que vient de nous transmettre Robert VIGNARD, il se pourrait bien que l’escrime de haut niveau exprimée par l’Espérance du CREUSOT et particulièrement sa composante Montchaninoise, vive ses dernières heures.

En effet, le prochain week-end, l’équipe senior féminine, dans le cadre des Championnats de FRANCE « tirera » pour tenter de se maintenir en Nationale 2 et si, l’équipe y parvenait, ce serait un véritable exploit.

 

Aujourd’hui comme demain, çà s’annonce compliqué.

 

Les choses ne s’annoncent pas au mieux pour une équipe Montchanino-Creusotine qui sera amputée de la présence de Mélanie CRAULAND dont le statut de « future maman » n’est pas actuellement véritablement compatible avec le sport. De ce fait, les chances de maintient reposerons sur les épaules de Bérénice VIGNARD, Claire SAULNIER et la Mâconnaise Sophie BEURIER venue durant l’inter saison prêter main forte.

Le trio subsistant du quatuor qui, le 10 décembre avait concédé une défaite 36 à 45 contre TOULOUSE aura en outre affaire aux équipes de LA GARDE REPUBLICAINE, l’ASPTT DIJON , COLMAR et ne part pas avec les faveurs du pronostic.

Cela était déjà vrai dans des circonstances identiques l’année passée et si, une nouvelle fois, les « filles » de l’Espérance déjouaient les pronostics, ce serait pour quel avenir ?

A 28 ans, ce qui bien sur est loin d’être un âge canonique, Bérénice VIGNARD additionne 21 saisons d’escrime quasiment toutes au haut niveau.  Elle est employée au Ministère de l’Intérieur, habite en région parisienne depuis deux ans et ne s’entraîne qu’avec parcimonie. Pour autant, l’Espérance est une structure lui ayant tellement apporté, elle était disposée en cas de maintient de poursuivre le championnat par équipe.

Est intervenu un facteur qui touche de plus en plus le sport national, si on n’a pas dans sa poche un Emir du QUATAR, les finances. L’Espérance pour ces raisons ne peut plus prendre en charge les frais de déplacement de Bérénice. Celle-ci, qui a toujours refusé de céder « au chant des sirènes » ayant souvent raisonné à ses oreilles est restée fidèle à ses couleurs et préfère s’arrêter, malgré les appels du pied de plusieurs clubs de la région Parisienne dont ceux de FONTENAY SOUS BOIS ou de LA GARDE REPUBLICAINE où sont licenciés ses coéquipiers du Ministère.

Connaissant Bérénice, cette perspective de « retraite sportive » pourrait être un facteur d’efficacité et on peut être certain que le prochain week-end, elle mènera la vie dure à ses adversaires.

Concernant la seconde Montchaninoise, Mélanie CRAULAND, nous l’avions rencontré il y a quelques semaines et elle semblait à ce moment là peu enclin à poursuivre sa carrière sportive. D’après Robert VIGNARD, il se pourrait que Mélanie après son break reprenne le chemin de la piste, ce qui serait une excellente nouvelle à 3 composantes. Tout d’abord pour elle-même, pour le club et aussi pour l’avenir dans l’attente de l’arrivée de nouveaux talents dont Emeline DUFRAIGNE, une autre Montchaninoise prometteuse, mais il convient d’attendre encore, Emeline n’étant que minime.

Et puis l’Espérance et plus spécifiquement la composante locale, déjà sans « une » VIGNARD, il faudra s’y faire mais en plus sans « une » CRAULAND c’est totalement inenvisageable….

Actuellement donc, pour le cas où l’équipe se qualifierait, elle ne pourrait, la saison prochaine, comme épéistes d’expérience, ne s’appuyer que sur Claire SAULNIER et Sophie BEURIER  autant dire que le parcours serait délicat.

« Bérénice participera à la compétition individuelle en D2 le samedi et par équipe le dimanche. A noter qu'elle a participé à toutes les rencontres par équipe qui lui étaient ouvertes avec l'Espérance depuis 2000 et n'a jamais été concernée par aucune rotation, sauf lors de la victoire du Creusot au championnat de France cadettes par équipe 2ème division en 2001 (mais...). » Nous écrit Robert VIGNARD qui précise en outre que le « mi-Montchaninois » Julien GRANET vient de terminer 7 ème du Championnat de France juniors et tirera à HENIN – BEAUMONT en 3 ème division seniors où il peut néanmoins briguer une place d’honneur.

Un avenir lointain mais prometteur.

Le vieux club Creusotin, fondé par Eugène SCHNEIDER le Maître de forge  et qui est donc chargé d’histoire a inscrit plusieurs de ses plus belles pages, certes grâce aux « Maîtres escrimeurs » dont l’actuel, Thierry SAULNIER, qui se sont succédés pour amener les compétiteurs à des niveaux d’excellence, mais aussi grâce à sa section Montchaninoise créé par Bernard CRAULAND. Si, comme nous le développons ci-dessus, de belles pages, celles des parchemins du succès vont être tournées, d’autres, se profilent et MONTCHANIN sera une fois encore à la pointe de la renaissance comme en témoigne les résultats obtenus dimanche passé lors des Jeux de Saône et Loire qui se sont déroulés à GUEUGNON.

Emeline DUFRAIGNE double et obtient 2 médailles d’or  en catégories minimes fleuret et épée son frère Benjamin gagnant l’épée benjamin et obtenant le bronze au fleuret dans la même catégorie. Et là encore, Robert VIGNARD, encyclopédiste du club nous informe et avec sa pointe d’humour habituelle, dresse un bilan avec, comme on dit au tennis, avantage DUFRAIGNE   :

« C'est finalement une grande continuité chez les filles pour la section de MONTCHANIN, qu'on en juge:

1996: Epée benjamines 1ère Bérénice

2000: Epée benjamines : 1ère Mélanie

2004: Epée benjamines ; 1ère Mathilde POTHERAT

2008: Rien

2012: Epée minimes: 1ère Emeline DUFRAIGNE.

Chez les garçons, Lucas a un prédécesseur, Benoît VIGNARD avait gagné en 1996. Mais la famille DUFRAIGNE réalise un triplé familial inédit, la famille VIGNARD, n'ayant réalisé que le doublé, à une époque où il était impossible, il est vrai, de participer à plusieurs armes à la fois. Au compte des breloques, une breloque en plus pour les DUFRAIGNE, puisqu'en 2000, Hadrien avait terminé 3ème du fleuret minimes.

A noter que, compte tenu des catégories d'âge, et de la rotation quadriennale, on ne participe en principe qu'une seule fois aux Jeux. La persistance de l'escrime Montchaninoise au palmarès, spécialement de l'épée féminine, démontre la bonne qualité de l'école d'escrime Creuso-Montchaninoise et atténue la nostalgie avant les championnats de France d'Hénin-Beaumont.



                 Conception & Design : Desilog ©